SkyCity

Forum RPG
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweeter than Heaven and Hotter than Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 0:12

[Tellement…. Perfect song]

Je le sentais doucement se calmer entre mes bras, retrouver un peu mieux ses esprits. Je lui laisserais le temps, autant qu’il le faudrait, le silence s’installant pour un bon moment. Jusqu’à ce que Holmes retrouve l’usage de la parole, et ses fonctions de rougeurs dois-je ajouter. Je desserrais un peu mon emprise sur lui, observant la gêne, ou étais-ce l’humiliation? S’emparer de lui. Je pouvais comprendre, mais il n’avait rien à craindre. Il n’était même pas question ici que je me mette à rire, ni à me moquer. Jamais ne le ferais-je. Ce n’étais pas la fin du monde à mes yeux, rien de plus qu’un accident.

-Ce n’est pas si grave Holmes….

Et lorsqu’il reprit sa place dans mes bras, je me chargeais de le réconforter un peu plus, passant désormais tranquillement ma main dans sa chevelure, geste auquel je savais pertinemment qu’il y avait pris goût. J’écoutais, attentivement, ce qui me semblait être les explications de ses peurs, de même que le pourquoi de cet incident. Un cauchemar, évidemment, mais si intense, si sombre, sanglant. Je le serrais un peu plus fort sous le coup, murmurant «Dear Lord…» vers la toute fin. Je pouvais comprendre sa panique, la grande peur qui l’avait pris, la nervosité, la presse aussi. Il devait avoir fait ce genre de rêve, certes traumatisant, mais qui nous semblait si réel. Alors voilà l’horreur que l’imagination de son sommeil avait créée, le tout se terminant mal pour moi. J’osais deviner la faute à l’événement passé, cette histoire avec le voisin. Je ne serais plus là, si Holmes n’avait pas été présent. Je le savais bien, car le coup de poignard m’avait été destiné. L’épaule du jeune homme, contre l’endroit de mon cœur…

Le silence retrouva sa place parmi nous, et c’était bien ainsi. Je ne voulais pas parler, ni revenir sur le sujet, ni rien. Il ne fallait que laisser le temps faire son effet, les mots seraient inutiles. Seul Holmes pouvait se calmer et reprendre ses esprits par lui-même. Je ne pouvais l’aider qu’en étant présent, qu’en lui prêtant mes oreilles attentives. Ce qui se passait dans sa tête, je ne pouvais rien y faire. J’aurais beau, c’était d’avance peine perdu. Le cerveau de Holmes… À ne jamais tenter de s’y incruster, ou ne serais-ce que de le comprendre…

Mais la quiétude fut de nouveau brisée, doucement, par des murmures qui me firent manquer un bond à mon muscle cardiaque. N’étais-ce pas les plus beaux mots que j’aurais pu entendre? Il me disait si ouvertement à quel point il tenait à moi, à un point tel… Il avait réussi à m’ébranler, vivement, une boule se créant rapidement dans ma gorge, que si possible, je serais Holmes un peu plus contre moi, murmurant son nom.

-It’s over now…. You don’t have to worry anymore….

J’avalais un peu difficilement ma salive, pour m’aider à faire passer cette boule dans ma gorge. Elle se dissipait après quelques secondes, frottant doucement ma main dans le dos du jeune homme. Un soupir m’échappait, mon esprit m’ouvrant les yeux, sur ce que mon être avais jadis, bien remarqué. Un monde sans Holmes… Me serait bien dur à digérer. Je n’osais imaginer ce qui adviendrait si on me l’arrachait, du jour au lendemain. Je tenais énormément à lui, et entretenait avec le jeune homme, un lien inexplicable. Fort, à l’épreuve de tout, indestructible. Une amitié qui allait au-delà de la normalité, si je puis me permettre. C’était inexplicable, oui, à la fois physique, et psychologique. Je l’ignorais. J’avais besoin de lui comme lui avais besoin de moi. Un peu comme des âmes sœurs, je dirais mais… Dans le domaine de la grande amitié. Étais-ce possible? Voulais-je vraiment le savoir….

-Vous savez Holmes… Je tiens énormément à vous, moi de même…

Et je le réalisais un peu plus à chaque fois qu’il m’inquiétait. Il était un véritable casse-cou, en plus de ce fait qu’il touchait à tout, avalais n’importe quoi…. Je craignais toujours le pire…. Je continuais à croire que je ne vieillirais pas très vieux si je restais trop longtemps à ses côtés. Les défaillances cardiaques qu’il avait pu parfois me provoquer… Holmes mais que faites-vous! N’avalez pas cela! Et etc… Un jour j’en ferais une véritable, crise de cœur… Ou apprendrais-je à vivre avec tout ceci. Il fallait cependant me laisser plus de temps…

Il y a cependant, ces autres troubles cardiaques, qui voulaient dire tout autre chose. Là n’était plus question de crainte, mais bien d’un certain désir. Provoqué par ces lèvres, cette langue qui se dessinait un chemin. J’étais complètement figé, mes iris changeant tranquillement tout comme mon souffle. Je ne cherchais même pas à comprendre ce que diable pouvait-il se passer, ce qui lui prenait d’avoir posé un tel geste. Je le laissais faire à sa guise, les prunelles de mes yeux de lâchant point les siennes. J’y faisais ma lecture, y lisant désespération, crainte et… Grand désir… De quoi augmenter les battements de mon cœur, mon regard descendant tout doucement, avant de rencontrer les lèvres de Holmes. La cible de mes tentations... Si près, que quelques millimètres. Je dû clore mes paupières, tentant de retrouver contenance. Je me mordis doucement la lèvre inférieure, légèrement humide par le passage précédent de la langue du jeune homme.

-Voulez-vous… Que… Je me charge de… D’aller vous faire couler un… Bain?

Il semblerait bien que ma tête avait trouvé le moyen de me rappeler l’humidité du vêtement de Holmes. Il… Fallait régler ce léger problème avant tout. N’est-ce pas…?
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 1:01

Le simple contact des bras de Watson autour de lui étaient devenu une véritable torture. Sa peau était hypersensible à son contact et il en voulait plus, encore, toujours plus. Il voulait ses mains partout sur son corps, caressant d'abord ses cheveux puis descendant à ses épaules. Descendant par ses clavicules et passant sur son torse pour que les pouces aillent taquiner ses mamelons, oh oui, god oui ... Puis qu'elles descendent plus bas encore et le débarassent de son stupide sous-vêtement mouillé pour donner de l'attention à ce qui se cachait dessous ... Plus rien n'était cohérent dans la tête de Holmes. Il s'imaginait ces mains chaudes et fortes partout sur lui, et ces simples pensées infiniment malsaines suffisaient presque à le finir. Handsfree. Dans son caleçon. Shit, il devait arrêter avant que ça n'arrive vraiment et qu'il ... Dear Lord ...

Il cligna lentement des yeux, ceux-ci toujours plantés dans ceux de Watson retrouvant un peu leur focus. Sa respiration était désordonnée mais il ne cherchait pas à le cacher. Ses poings étaient fermés solidement pour l'empêcher d'avoir l'idée, l'envie de se toucher. Il ne comprenait rien à ces besoins physiques qui se faisaient parfois plus forts que tout. Il n'était pas un expert en la matière. Mais il en savait juste assez pour comprendre que son corps réagissait à Watson et s'emballait d'une façon renversante. Il pourrait l'embrasser, là, maintenant. Il était si près... Il pouvait aller chercher ce dont il avait besoin...

Non. La voix du préfet le ramena soudain à l'ordre. Son seul réconfort devait être d'avoir son ami avec lui, présent pour le soutenir. Il ne devait pas avoir comme envie d'être réconforté plus... Intimement. Une fois avait déjà été de trop. Qu'est-ce que les gens en penseraient s'ils savaient !? Avec un pincement au coeur, Holmes recula un peu et hocha la tête.

- U-Un bain, oui ... Oui. Ce serait parfait. Je ...

Il trouva la force de doucement s'extirper de sa petite bulle de confort auprès de Watson pour se remettre debout et contempler son dégât. C'était... Eh bien, avec les draps mouillés, son bas de pyjama abandonné sur le plancher ... C'était pas très chic. Mais encore, ce n'était pas le pire. Il y avait un quelqu'un dans le cadre de porte, et ce quelqu'un le regardait fixement, les bras croisés, avec une moue moqueuse.

- Alors il se fait pipi dessus, mais en plus ça l'excite ?

Bien entendu que dans la seconde qui suivit, Holmes inspecta son propre corps. Certains signes ne mentaient pas. Bon déjà, il était presque complètement dur et dans un sous-vêtement de coton, c'était apparent. Sans parler de ses pupilles si larges, d'envie de luxure. L'adolescent vira aussitôt au cramoisi et chercha à s'expliquer, mais se retint juste à temps de dire que ça n'en était pas la cause, car annoncer que son accident n'y était pour rien impliquerait que Watson pouvait en être pour quelque chose. Alors il se contenta de passer aux côtés d'Henry sans rien dire, le frappant violemment avec son épaule au passage en allant droit vers la salle de bain. Passant en même temps devant la mère de Watson, dans cet état peu convenable c'est vrai. Oh et puis. Qu'en avait-il à faire ? Ça ne pouvait pas être pire...

Une fois à destination, il attendit Watson, en se regardant dans le miroir. Il avait une sale tête. Celle de quelqu'un qui passe une très mauvaise nuit. Et c'était le cas, avec le pire cauchemar de toute sa vie. Perdre Watson... Ce serait tout simplement l'enfer. Mais l'avoir auprès de lui l'était aussi en quelque sorte... Car il éveillait en lui des désirs de luxure, des plaisirs de la chair qui assurément l'enverraient tout droit en enfer s'il y succombait...

- Reprends-toi, Sherlock ... murmura-t-il pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 13:34

I’m going insane… Definitely. Comment diable étais-ce possible? Je ne devais pas succomber à cette tension, si puissante, qui suffisait à doucement me faire perdre la tête, le fil de mes pensées, mon contrôle. Je n’arrivais pas à comprendre, ce qui se passait. À mettre le doigt sur le pourquoi, sur la source de ce désir qui nous prenait. Je dis bien nous désormais, car je dus bien finir par sentir que Holmes se laissai doucement emporter par l’atmosphère qui avait si rapidement changé. En à peines quelques secondes, nous étions passé d’un état à l’autre. C’était troublant, mais malgré tout il y avait quelque chose de fascinant dans tout ceci, d’inexplicable. Ce qui était ma fois, déconcertant, étais ce simple fait, qu’il nous en fallait bien peu, pour augmenter les battements de nos cœurs, transformer nos souffles pour qu’ils soient plus saccadés. Tout ceci, sans à peine nous toucher. Qu’une accolade nous suffisait, semblait-il.

Mais heureusement, cette atmosphère des plus malsaine fut interrompue. À la fois car ni l’un ni l’autre n’avions succombé, mais aussi car mon frère se pointait dans le cadre de la porte de la chambre. Je n’osais imaginer la scène, le pire, s’il avait ne serait-ce que vu ou entendu, Holmes et moi en plein échange peu catholique. Dear Lord… J’étais déjà bon pour l’enfer… De toute manière. Pour avoir succombé au péchés de la chair avec un homme, pas plus tard qu’hier….

Je restais un moment encore dans le noir, ayant besoin de temps, pour me calmer. Contrairement au jeune homme qui était aussitôt sortit, n’échappant pas au regard d’Henry. Je ne tenais pas à ce qu’il me voit moi de même ainsi, ce pourquoi j’usais de ce fameux truc pour faire disparaître toute forme louche. Une pensée dégoûtante et fini toute forme d'excitation. Quelques secondes plus tard et me voilà sortit, non sans d’abord me venger quelque peu. Il était si baveux... Ce que je fis? Je pris simplement les draps ainsi que le bas de pyjama de Holmes, lui lançant sans avertir en pleine figure.

-Vous savez où aller déposer cela…

Moi de même, je savais bien avoir un air bien moqueur, tout que j’étais doué pour rapidement m’esquiver. Soit vers la salle de bain, laissant mon frère au soin de ma mère qui certainement, lui interdirait de répliquer, et d’exécuter ma demande tant qu’à avoir le tout entre ses mains. Je refermais la porte derrière moi, observant un court instant le jeune homme, le laissant dans sa bulle devant le miroir. Je me chargeais plutôt du pourquoi de ma venue, de l’interruption. Soit le bain, qui après quelques minutes, fut enfin près. Je préférais disposer, annonçant que j’allais m’occuper d’arranger son lit le temps qu’il se lave. Car ne serait-il pas tout simplement… Étrange, malaisant, que je reste là, à l’observer se déshabiller et prendre son bain? Non, je devais partir, sans le moindre doute.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 15:03

[http://www.youtube.com/watch?v=_hZEy21vW1s Hahaha epic video is epic xD <3]

Holmes ne porta plus d'attention à Henry et à ses grognements en recevant les draps mouillés directement dessus. Il les attrapa tant bien que mal, son visage se tordant en une expression dégoûtée, mais ses plaintes n'attendrirent personne et il se vit rapidement suggérer par sa mère d'aller s'occuper de cela. Il aurait bien aimer tout relancer à son frère mais il n'en eut pas vraiment la chance et de toute façon, les réprimandes seraient retombées sur lui.

Holmes était toujours installé devant le miroir quand Watson entra et referma la porte derrière lui pour leur laisser un peu d'intimité loin de son idiot de frère. Car oui, frère de son meilleur ami ou pas, Holmes le trouvait absolument stupide. Et franchement agaçant. Watson se dirigea vers le bain et et s'occupa de préparer celui-ci. Il ne pu donc pas remarquer que, dans son dos, Holmes se débarrassait de son sous-vêtement souillé. Il le lança plus loin du bout du pied et resta debout devant le miroir, se voyant forcé de se reculer pour voir une plus grande partie de son corps dans la glace.

- Now this is utterly embarrassing... mentionna-t-il comme pour lui-même en observant son membre actuellement au meilleur de sa forme.

Il leva une main et passa lentement son pouce sur le bout, étalant sur celui-ci les quelques petites gouttes de liquide transparent qui avaient commencé à s'échapper, dans une petite caresse circulaire. Il avait l'air ... fasciné. Ses yeux bruns fixés sur son propre reflet dans le miroir, observant la réaction de ce qu'il avait entre les jambes face à la petite stimulation qu'il lui donnait, comme s'il n'en revenait pas d'être rendu à ce stade par la simple présence de Watson contre lui. Un geste au départ si innocent qui avait pour but de le réconforter, se transformant à ce point ... La tête lui tournait un peu, il ne pouvait s'empêcher de frotter ce même pouce à l'endroit sensible juste sous le gland, ses yeux s'écarquillant alors qu'il passait sa langue sur ses lèvres. Oh god, oh god...

- Must be this bloody puberty hitting me hard ... Qu'en pensez-vous Watson ?

Il releva les yeux vers le jeune homme, qui venait de terminer le bain et s'apprêtait tout simplement à partir car c'était la meilleure chose à faire, probablement. Ne comptez pas sur Holmes pour le laisser faire. Se retrouver seul dans la salle de bain ? Non merci. Des plans pour qu'un visage monstrueux lui apparaisse dans le miroir ou ... enfin. Que son imagination lui joue des tours. Il était dans un état relativement fragile encore et non, être seul ne lui tentait pas du tout. La panique n'était pas loin sous sa peau, elle attendait qu'il baisse sa garde pour reprendre le dessus ... Non. Il réagit aussitôt pour attraper le poignet de Watson, ne se rendant compte que trop tard qu'il l'avait empoigné avec ses doigts rendus un peu humides et collants - ceux qu'il avait passé contre son membre. Oh. Tant pis.

- Vous ne pouvez pas partir, dit-il comme si c'était un fait évident, je ne reste pas seul.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 16:23

[Wuuuuuut??? XD Omg… Watson est tellement cute *_* Et les deux, en chats… XD Lolol!]

Avoir su, je serais certainement déjà partit… Car ce que j’avais tenté d’éviter se passa derrière mon dos, et même pire. Toutefois je l’ignorais encore, car j’eus été concentré à la préparation du bain. Je ne me préoccupais guère des premiers dires de Holmes, ne le regardant point, approuvant tout de même mentalement ses paroles. Oui, c’était… Franchement embarrassant. Mais rien comparé à ce que je vis une fois un coup d’œil jeté par-dessus mon épaule. Bloody hell…

Je vous assure que ce fut la toute dernière fois que j’osais regarder, ayant vu ce que je n’aurais pas dû voir. Holmes complètement nu, en observation de son corps, finissant cependant par aller plus loin. Mais j’avais vite détourné la tête avant de voir la suite, ma tête devinant sans mal où se terminerait le mouvement de sa main. Dear Lord… Partir… Je devais partir… Alors non, je ne répondis guère à cette interpellation. Ce que j’en pensais? Absolument rien. Peut-être oui, avait-il raison, mais pour l’instant la porte était mon but. Omis que je ne pus l’atteindre, une main s’emparant de mon poignet, me faisant comprendre à la fois par sa poigne, et ses dires, qu’il était hors de question que je quitte la pièce.

Je m’obstinais encore à ne pas regarder le jeune homme, lui offrant qu’une légère résistance. Car tôt, je laissais gentiment mon poignet retomber, en signe de résilience. Non, je ne pouvais pas le laisser seul. Ceci ne serait pas correct. Je ne devais pas faire mon égoïste et ne penser qu’à ma personne. Holmes avait besoin de moi, de ma présence, alors je resterais. Après ce qu’il venait de vivre… Je devinais qu’il ne devait pas être chaud à l’idée d’une grande solitude dans la semi-noirceur. Des plans pour que sa tête le torture, se mette à lui jouer des tours, lui créer des illusions, lui faire peur, lui faire revivre son rêve passé. Le lit devras attendre, cette excuse que j’eus prononcé que pour pouvoir quitter ce lieu.

-Vous… Avez raison…

Je soupirais, osant enfin établir un contact visuel avec le jeune homme, me permettant de me défaire de cette emprise et m’éloigner de la porte. Je pris plutôt place sur le comptoir, là où je serais dans son champ de vision, pour qu’il me voit, et soit rassuré de ma présence.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 18:20

[Hahaha xD et la petite toune en arrière LOL xD]

Dans la lumière projetée dans la pièce, Holmes observait Watson, les ombres dansant sur son corps nu complètement livré aux yeux du futur docteur. Le jeune ne semblait pas trop perturbé par cette idée à vrai dire, Watson l'avait déjà vu nu une fois et en ce moment, après tous les évènements passés, il n'avait plus trop de pudeur. Il se contenta de sourire tranquillement en voyant le jeune homme abandonner et décider de rester. C'était du soulagement qu'on pouvait lire sur son visage. Il se permit alors de relâcher le poignet de Watson et de murmurer un remerciement pour le bain.

Holmes lui tourna alors le dos et se glissa dans l'eau chaude avec un petit soupir. Pendant quelques longues secondes, il resta à s'immerger, puis il sortit sa main de l'eau et attrapa le savon. Une idée lui passa alors par la tête et il ne pu s'empêcher de la dire, pour briser le silence un peu mal à l'aise qui s'était installé entre eux.

- Hum. Vous avez vraiment un excellent choix de savon, je vous l'ai déjà dit ? Fine with me. Ça sent le paradis, sur vous.

Il haussa les sourcils tout à coup, suite à ces paroles qui lui avaient échappé, et se racla la gorge pour tenter d'oublier ces tous derniers mots. Bon ça suffit les compliments. Allez Sherlock, qu'est-ce que c'est que ces surplus d'affection ? On se calme avant que ça ne dégénère ... Il secoua un peu la tête et fit mousser le savon, se voyant dans l'obligation de se lever pour frotter énergiquement entre ses cuisses et le long de ses jambes, question de nettoyer toute trace de son précédent accident. Juste le fait d'avoir Watson dans la même pièce alors qu'il prenait son bain n'était pas pour l'aider à se calmer, pas du tout. Cette érection qui devrait diminuer avec le temps gardait au contraire toute sa vigueur, et Holmes essayait juste de l'ignorer. Le contraste entre la chaleur de l'eau et la fraîcheur de l'air le fit frissonner et il se dépêcha de finir de se laver pour se replonger dans le bain. Tant qu'à y être, il y alla pour un lavage complet... Son torse y passant, puis il se trouva en difficulté pour son bras. L'un était blessé et donc relativement immobilisé, et il n'était donc pas capable de laver ni un ni l'autre, et encore moins son dos.

- ... Watson ... Pourriez-vous m'aider, s'il-vous-plaît ?

Il désigna sa blessure à l'épaule d'un petit geste du menton, avec une moue adorable. En même temps, sans prévenir, il enroula sa main libre autour de son membre et marmonna :

- Je dois aussi ... m'occuper de ça, on dirait bien ... You don't mind, don't you ? Si je me ... enfin ... hum.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 22:58

Pas trop perturbé par ce détail… Moi si, je l’étais. Et merci de rendre aussi détaillé sa description, cela m’aidait grandement. Non mais je suis totalement sérieux… Aucun, sarcasme, ici. Hum. Parfois, le cerveau, est franchement détestable, rendant une observation simple, presque érotique. Avec les effets de lumières, je devais avouer que c’était tout autre. Je dus détourner mes yeux, me maudissant mentalement, retrouvant mes esprits en pensant à autre chose, en regardant ailleurs. J’eus fini par tout oublier, tombant dans la lune en observant un point invisible au mur.

Holmes se décida enfin à briser ce silence, quelque peu lourd, quelque peu étrange. Il eut réussi à me faire légèrement sourire, et même un peu rire. Il faut dire, qu’il savait faire des compliments. Eh bien, je sentais le paradis, c’était une bonne chose à savoir. Je fixais toujours mon point invisible, changeant de cible que lorsque le jeune homme qu’émendait de mon aide. Je débarquais de mon comptoir pour aller aider Holmes. Il était vrai qu’avec un bras en moins il était sous une mauvaise posture pour atteindre certaine partie de son corps. Tel ses deux bras et son dos.

-Mais oui, bien sûr. Dis-je une fois à ses côtés.

Je m’emparais du savon avant de m’agenouiller, trempant mes mains dans l’eau faisant mousser la barre. Et seigneur, parfois Holmes peut autant être faire preuve d’intelligence que de… Stupidité. Ô mais oui, faite, comme si cela ne serait pas tout à fait déplacé et rendrais la situation vraiment… Non. Comme si vraiment j’allais le laver mine de rien, alors qu’il se soulageait.

-Holmes...Réfléchissez un instant……

Et pour bien lui faire comprendre que oui, cela me dérangeais, je ne lui laissais pas la chance d’entamer ses mouvements. Même si cela impliquait que je dus éloigner cette main de son membre, je le fis sans plus réfléchir. Et je pris soin de l’emprisonner, juste au cas. L’autre, il ne pouvait pas vraiment l’utiliser, alors nul besoin de trop m’en préoccuper.

-Pour votre gouverne, ceci est un non. Faites preuve de patience et attendez au moins que je ne sois plus dans cette pièce je vous prie.

Je ne fis tout de même pas exprès de prendre mon temps, me mettant sans plus attendre à bien laver le bras que je tenais entre mes doigts, en profitant tant qu’à le tenir. Puis je fis confiance à Holmes pour la suite, le lâchant m’occupant du reste que je devais nettoyer. Mais je me fis plus doux pour le reste, en grande partie car je faisais attention à la blessure du jeune homme. Tout de même, je terminai dans un temps record, Holmes n’ayant certainement plus besoin de mon aide désormais. Il était lavé et rincé.

-Je vais vous chercher une serviette. Profitez s’en pour faire… Ce que vous avez à faire.

Il pourrait survivre sans moins un instant. De toute manière, il serait occupé durant ce temps, assez pour que sa tête ne se concentre que sur son entre-jambe et rien d’autre. Enfin, j’ose l’espérer.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 17 Mar 2013 - 23:38

Bon d'accord, c'était non. Holmes le comprit bien vite, à la fois par les mots et par ce geste de lui emprisonner la main. Il ne chercha pas à argumenter, ayant la décence de ne rien répliquer à cela. Ce n'est pas car une certaine personne ici semble manquer de pudeur - hein Holmes - que c'est le cas de tout le monde, et Watson n'avait pas envie de le voir faire. Très bien... Il ferma les yeux et ignora simplement les pulsations quasi douloureuses dans son entrejambe, attendant simplement que le jeune homme finisse de le laver. Ce qui fut à la fois trop long, et trop court. Il aimait plus que tout la sensation réconfortante de ses mains fortes qui passaient dans son dos. Le contact était plaisant et le relaxait, contribuant à chasser un peu plus ses craintes. Watson était bien en vie et il ne disparaitrait pas mystérieusement quand Holmes aurait le dos tourné. Tout irait bien. Oui ... Sous les gestes, il commençait presque à s'endormir, aussi il resta un peu surpris lorsque Watson eut fini et lui adressa quelques mots.

Lui chercher une serviette !? Mais ... Mais il lui donnait quoi, deux minutes !? Holmes écarquilla les yeux et s'empoigna sitôt la porte refermée. À grands gestes rapides de la main, twistant un peu rendu au bout pour donner plus d'effet, il essaya de se finir le plus vite possible. Je vais vous chercher une serviette, ayez fini à mon retour, mais oui ! Dear Lord ... Pense à quelque chose d'excitant, oui, bonne idée, hum ...
Watson. C'était sa main à lui qui le touchait, sa main qui lui pinçait un mamelon, l'autre qui s'occupait de lui ... Il lui mordillait l'oreille, son souffle chaud contre sa peau nue... Plus vite encore... Un peu ... Plus...

Holmes se mordit la lèvre pour retenir son cri lorsqu'il vint dans l'eau, son souffle mettant à lui seul une bonne minute à redevenir régulier. Il en profita pour rincer sa main et son membre, puis s'extirpa tant bien que mal du bain. Juste à temps, n'ayant pas besoin d'attendre Watson bien plus longtemps, celui-ci de retour une fraction de seconde plus tard. Et comme si ses propos n'étaient pas inappropriés quelques minutes auparavant, Holmes lui offrit un sourire, son visage semblant exprimer une joie de le voir là. Bon, c'est vrai... Il aimait quand Watson s'occupait de lui. Il se sentait important.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 18 Mar 2013 - 8:48

Mais non, mais non, j’allais prendre mon temps ne vous inquiétez pas. Je savais calculer pour savoir à peu près, lorsqu’il aurait terminé quoi. Mais qu’il se dépêche tout de même… Enfin bref, je ne me pressai aucunement pour aller chercher la serviette, en profitant de même pour prendre d’autres draps pour son lit. J’allais déposer le tout sur le matelas, encore là fouillant pour finir par trouver une paire bien propre de sous vêtement. Il ne m’en voudrait pas pour avoir mis le nez dans ses affaires n’est-ce pas? J’attendis encore quelques secondes, dans le cadre de porte de sa chambre avant d’enfin me rendre compte que tous les autres étaient repartis se coucher. Dormir… Mais qu’elle merveilleuse idée. La fatigue retrouvais tranquillement sa place il faut dire. La panique et l’inquiétude une fois passé… Elle ne voyait pas pourquoi elle ne pouvait revenir s’emparer de moi.

Mais bon, il me restait encore à m’occuper de Holmes, qui d’ailleurs, après une courte écoute au travers de la porte, s’emblait en avoir terminé. Je rentrai au moment où lui sortait du bain le voilà tout sourire, de quoi en provoquer un léger chez ma personne. Je pris la peine de déposer la serviette sur ses épaules ébouriffant sa chevelure, puis déposant la paire de sous-vêtement sur le comptoir. Je lui annonçai simplement que j’allais faire son lit, le temps qu’il se sèche bien comme il faut. Je laissai un énorme bâillement s’échapper en cours de route mes mains s’occupant de frotter quelque peu mes paupières avant de se charger de leur toute dernière tâche. Et elle la termina à peine, avec un peu de difficulté je dois dire. Quoi de mieux que cette action de faire un lit, pour éveiller en nous cette envie de dormir, d’écouter la fatigue qui nous habitait? Et de complètement nous mentir à nous même aussi. Je n’avais fermé les yeux que quelques secondes, me convainquant d’un repos rapide, qui se transforma vite en sommeil profond. Eh bien au pire des cas… Holmes n’aurait qu’à me réveiller. Ou encore dire tant pis je dormirais avec cette chose humaine présente dans mon lit. Tant de possibilité, que je n’avais guère envie d’énumérer.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 18 Mar 2013 - 9:14

Holmes se laissa ébouriffer les cheveux sans se plaindre, désormais plus qu'habitué à ce geste qui lui plaisait beaucoup plus qu'il ne voulait se l'avouer. Lorsque Watson fut sorti, il entreprit de se sécher bien comme il faut, faisant de son mieux avec un seul bras, limité dans ses mouvements à cause de l'autre. Il réussit tout de même à faire un bon travail, passant le plus possible partout et surtout, le plus rapidement que son état le lui permettait, car lorsqu'on est nu et mouillé il fait vraiment froid. Son corps entier frissonnait.

Il attrapa les sous-vêtements propres et les enfila tant bien que mal puis se résolu à éteindre la lumière de la salle de bain et sortir dans le couloir sombre. Ses pas étaient lents et silencieux, pour ne réveiller personne, mais il se forçait à avancer tout de même pour rejoindre sa chambre et espérer y trouver Watson. Il ... Il n'avait pas envie de dormir seul. C'est toujours comme ça suite à un gros cauchemar. La peur qu'il revienne lorsque l'on fermera les yeux à nouveau. Holmes poussa donc la porte de sa chambre en croisant presque les doigts, et un soulagement intense l'envahit dès qu'il vit que Watson avait tout juste terminé sa tâche, finissant endormi sur son lit comme ça. C'est vrai qu'il était tôt le matin et que tout le monde était fatigué ici. Bon. Ce n'est pas comme s'il allait le réveiller, il pouvait juste en profiter tant qu'il était là, hein.

Il referma la porte derrière lui et avança à tâtons jusqu'au lit, se glissant du côté libre sous les couvertures et essayant tant bien que mal d'améliorer un peu la position de Watson, remontant la douillette sur lui pour qu'il n'aie pas froid. Tout en prenant garde à son bras, il s'installa contre le jeune homme, dos à lui, s'assurant de sentir sa présence contre son dos avant de s'autoriser à fermer les yeux. Il avait peur pour rien. Le reste de son sommeil fut plus que paisible, assez profond pour qu'il récupère cette petite heure perdue et déroge à ses habitudes en passant tout droit le lendemain matin, dormant encore à une heure assez tardive.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 19 Mar 2013 - 11:35

Eh bien voilà tous les souhaits de Holmes exaucés. Non seulement étais-je bien là lorsqu’il revint dans sa chambre, mais de plus, il ne dormirait pas seul. Définitivement pas, car malgré qu’il me bougeait quelque peu, et qu’un poids se faisait sentir près de moi, cela ne me réveilla aucunement. Il faut croire que je me m’étais transformé en buche, en pantin, en ce que vous voudrez qui était inerte et se laissait faire en résumé. Ce ne fut qu’une fois que tous deux furent bien installés, que je repris un peu vie, mon inconscient me faisant remarquer cette chaleur humaine, ce dos qui se collait contre mon torse. Que quelques seconde plus tard et me voilà fondue à ce corps, mon bras l’entourant pour le serrer doucement contre moi, mon nez frôlant désormais cette chevelure sombre.

Et il y fut complètement enfouit à mon réveil. Je me réveillais doucement, mon nez se frottant quelque peu dans cette tignasse, avant que ma tête se pose des questions. Je n’eus que réalisation qu’une fois mes yeux ouverts. Non, aucune panique à bord, ma tête ne prenant que quelques secondes avant de faire tous les liens nécessaire. Soit en reconnaissant la chambre de Holmes, je me souvins que je m’y étais endormi, le jeune homme ayant tout simplement décidé de ne pas me réveiller. C’était aimable de sa part et mais je n’allais pas faire de même pour lui. L’heure se faisait tardive, nous avions assez fait la grâce matinée. Je me décollais tout de même doucement, me permettant de m’étirer, et de bâiller avant de m’occuper du réveil du garçon. Tranquille, rien à voir à ce que j’avais le droit lorsque c’était mon frère qui s’amusait à venir perturber mon sommeil. Un parfait exemple, hier. Pas besoin de développer plus.

Tranquille? Enfin peut-être pas tant que cela. Car je me levis, en décidant que le message du soleil ferait son effet. Passer de la noirceur à la clarté, devrait sans aucun doute le sortir de son sommeil. Comme ce petit rayon qui vous agaçait, et vous extirpait tranquillement de votre monde des rêves. Et bien ici, il n’était pas question que d’un simple petit rayon, car les rideaux furent complètement et rapidement tirés, accompagné de ma voix, un peu forte, loin d’être un simple murmure.

-Levez-vous Holmes. Vous avez assez dormit.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 19 Mar 2013 - 18:35

Vous aurez ici un parfait manque de bonne volonté. Dès que la lumière pénétra dans la pièce, combinée à la voix de Watson, Holmes réagit au quart de tour. Il poussa un cri de douleur et plaqua son bras valide sur ses yeux pour les camoufler de toute cette agression lumineuse, avant de vivement pivoter sur le ventre. Il enfouit son visage dans l'oreiller et se saisit de la couverture, la rabattant par-dessus sa tête pour se faire une sorte de petit cocon à l'épreuve de la lumière, question de pouvoir profiter de quelques minutes de plus de sommeil. Inutile. Après un réveil comme ça, il était trop tard pour lui. Il ne dura que quelques instants sous la couverture, avant de brutalement repousser celle-ci et bondir hors du lit. Une vraie petite tornade qui enfila en moins de deux un pantalon et une chemise, dans des gestes bien exagérés pour démontrer son exaspération à Watson.

Lorsqu'il eut terminé, contre toute atteinte, il ne partit pas vers la porte comme on aurait pu le croire. Il s'empara plutôt de son violon et se percha en petit bonhomme sur une chaise, les jambes repliées sous lui, se mettant à jouer avec ses doigts en tirant de petites notes aux cordes, le regard fixé par la fenêtre. Avant même que Watson n'aie pu parler, Holmes le devança.

- Je n'ai pas faim, ce n'est pas la peine d'insister. Et je n'ai pas envie de sortir, je suis bien ici, c'est charmant ici, cette chaise est confortable, et magnifique vue de la fenêtre. D'un intérêt immense. Vous me voyez dans l'obligation de décliner l'invitation à quitter cette chambre Watson. Je suis de toute façon très occupé. Quel dommage, j'aurais vraiment a-do-ré croiser votre a-do-ra-ble frère. Vous seriez gentil de le saluer de ma part. De même que dire un beau bonjour à votre charmante mère.

Et le voilà debout aussi rapidement qu'il s'était assit, posant le violon sur le fauteuil qu'il occupait un instant auparavant. Il marcha jusqu'à ses affaires et ouvrit sa valise, farfouillant dedans un instant avant de mettre la main sur une petite bouteille. Il la leva à la lumière pour observer s'il restait encore beaucoup de son contenu, l'agitant légèrement, et sembla satisfait. Il retourna alors à sa valise à la recherche d'une quelconque seringue.


[Ce que j'aime le plus avec Holmes, je pense que c'est ses changements d'attitude spontanés et juste ... tellement étranges xD]
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 20 Mar 2013 - 0:05

[Moi de même! Haha! XD Toujours aussi surprenant, ce Holmes o_O]

Eh bien voilà ce que j’avais désiré, un réveil efficace. Légèrement douloureux pour la rétine, mais tout de même. L’important était le résultat, et non la manière que l’on s’y est pris pour l’obtenir, non? Du moins pour un cas aussi banal qu’un réveil, si. Il me fit tout de même rire, lorsque je le vis renier le soleil, refuser d’écouter mes paroles. Il avait beau, je n’aurais qu’à tirer sur les couvertures. Je m’approchais d’ailleurs pour le faire, alors qu’il fit preuve de vivacité, me créant un léger sursaut sur la surprise. Il n’y avait bien que lui qui pouvait passer d’un état de paresse, à débordement d’énergie.

Enfin… Je ne dis rien, l’observant se vêtir en moins de deux, faire le contraire de ce que mes pensées avaient prédit. Rien d’étonnant tout de même… Lorsqu’on prenait le temps d’y réfléchir. Un moment de plus de l’imprévisibilité de Holmes. Je suppose. Car bon… Tout être soit disant, dans les normes de l’humain… Prend un certain temps pour complètement se réveiller, puis pour se lever et se vêtir, paressant peut-être encore, sans avoir définitivement l’idée de tout de suite, jouer du violon par exemple. Mais bon… Je ne crois pas que cela était le bon moment pour jouer d’un quelconque instrument. Eh oui, la règle des trois repas par jour se formait tranquillement dans ma tête. Et le jeune homme me vit certainement venir des miles à la ronde, me fermant le clapet tout en débitant tant de paroles. Un monologue. En gros, il se refusait de quitter la chambre, et ne semblait pas vouloir faire grand-chose aujourd’hui. Alors qu’il en soit ainsi. Je ne m’obstinerais pas avec lui pour le moment. Il ne faisait rien de mal après tout. Hum… Pour le moment. Je m’apprêtais à partir sans plus, lorsque je le vis fouiller sortant cette bouteille, puis autre chose…. Ce fut le moment idéal pour moi de partir.

Il fouillerait certainement longtemps, je vous l’assure. C’était à lui de mieux cacher ses très chères seringues. Oh je ne l’avais pas dit? Eh bien si, hier lors de mes recherches dans ses valises pour une paire de sous-vêtements, si je n’avais pas fait cette découverte qui ne m’apportait que désapprobation. Il va s’en dire que j’en avais profité, pour tout prendre et aller les cacher. Suite à cela je ne lui en avais guère reparlé, car ce n’était pas le moment vu son état, puis car je savais que c’était inutile. Enfin, je quittai les lieux sans plus attendre, me rendant en direction de ma chambre avec un air quelque peu préoccupé. Je préférais ne rien croire, peut-être cherchait-il autre chose aussi? Mais cette possibilité que mon esprit c’était créer, restait tout de même présente, assez pour me créer quelques questionnements. À savoir tout simplement pourquoi. L’épisode de la chambre des sanctions, je comprenais mais désapprouvais. Mais pour ces autres fois… le pourquoi m’était toujours resté inconnu…

N’y pensons pas trop, c’était tout simplement préférable non? Et puis bon, je n’avais pas trop à m’en faire, car je m’étais personnellement chargé de rendre hors de sa portée toute seringue amené. Je pouvais donc tranquillement m’habiller, et le laisser fouiller encore et encore jusqu’à n’absolument rien trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 20 Mar 2013 - 0:34

Si ce n'était pas du beau désespoir ? Holmes avait évidemment regardé à l'endroit où il se souvenait avoir rangé ses seringues, mais elles n'y étaient pas. Il avait simplement cru qu'il les avait égarées dans sa valise même s'il était à peu près certain de l'endroit où il se souvenait les avoir rangées. Il continua donc de fouiller tranquillement en refusant de céder à la panique lorsqu'il découvrit qu'elles n'étaient nulle part. Il avait presque renversé sa valise à l'envers pour fouiller plus facilement dans son contenu. Il commençait à s'enerver un peu bien malgré lui, le besoin se faisant ressentir partout dans ses veines. Il ne consommait pas tellement souvent, mais lorsqu'il avait envie d'une dose, de temps à autres, il la voulait tout de suite. Sinon, son corps lui faisait comprendre à quel point il la voulait, justement.

Holmes grogna et se redressa vivement, parcourant la chambre du regard, essayant de se concentrer. Où avait-il bien pu mettre ça ? Il se rappelait les avoir mises dans sa valise. Cachées à son départ de Haverford et jamais retirées depuis, pas même chez lui, il n'avait donc pas pu les oublier. Les laisser traîner dans la chambre ? ... Impossible. Dans quelles circonstances les aurait-il sorties !? Et pourtant il cherchait malgré tout, ses mains un peu tremblantes effleurant chaque objet, ouvrant chaque tiroir. Non, non, non ! Dans un élan de panique, il songea à boire la solution. Peut-être étais-ce imprudent. Et les effets seraient-ils les mêmes ? Mmm... Difficile à dire et il n'était pas prêt à faire le test ici, pas chez Watson. Si cela tournait mal... Enfin, disons qu'il s'était assez embarrassé comme ça.

Il finit par donner un violent coup de pied dans sa valise et se percher sur la chaise, massant un peu son bras, celui du côté de l'épaule blessée. Il réfléchissait, essayait de se rappeler. Et soudain, tout fut clair aux yeux de Holmes. Il n'y avait qu'une seule possibilité restante. Il bondit donc de sa chaise et brisa direction les paroles qu'il avait prononcées quelques minutes auparavant, en sortant effectivement de la chambre. Il ne mit qu'un instant à tomber face à face avec Watson, ses pupilles sombres le fusillant alors qu'il laissait échapper dans un grognement rauque :

- Redonnez-les moi.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 20 Mar 2013 - 1:13

Entre temps j’avais eu bien assez de temps pour me vêtir, sortant tout en arrêtant en plein milieu du couloir. Je crois sentir ici, un certain ahurissement de ma part. Dear Lord… Étais-ce Holmes qui créait tout ce vacarme? Je sentais la colère fuir les espaces de la porte, créant une certaine crainte dans mon être je l’avoue. Je n’avais pas particulièrement une envie folle de subir sa frustration, ou plutôt celle d’un homme en manque de sa drogue dois-je préciser. Il faisait une crise, intense et violente car son corps réclamait sa dose. Et oui, je détestais cela. Mais je n’avais encore rien vu, car lorsque monsieur se décida à sortir, il me fusillait du regard, ayant vite compris que j’étais la cause de ses seringues disparues. Je n’aimais guère ce grognement, et encore moins cet ordre donné. De quoi me faire froncer des sourcils. Il me plaisait en cet instant de bien lui démontré qu’il ne m’impressionnait point, et que ce n’est pas de cette manière qu’il aura ce qu’il voudra. Oh mais oui bien sûr, comme si j’allais plier et tout de suite lui redonner ses seringues. Ce n’était pas de cette manière qu’il les aurait. Je plongeais alors mon regard dans le sien, mon air se faisant accompagné de sévérité, et de refus.

-Non.

Nul besoin d’en dire plus. Pourquoi développer? Ce mot suffisait, j’en étais d’avis. Ce qui résultat de ce fait que je continuais tout simplement mon chemin, le sujet étant pour moi, clos. Sans le moindre intérêt de m’y attarder. Omis que je doutais bien, que ce ne serait pas le même cas pour notre chère petite boule de frustration ici. Je devais me préparer à l’imprévisible, et surtout à sa tête de cochon qui ne me lâcherais certainement pas et userait de tous les moyens possibles pour avoir ce qu’il voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 20 Mar 2013 - 9:01

Holmes ne s'attendait pas à se faire dire oui, bien entendu. Il savait que si Watson avait les seringues en sa possession et les avait cachées, c'était pour une raison. Pour éviter qu'il consomme. Alors non, ce n'était pas en arrivant tranquillement devant lui et réclamant ses seringues que le préfet allait flancher et les lui donner comme si rien n'était. Pourtant, même s'il s'y attendait, la frustration fut grande lorsqu'il se fit dire non. Ce simple mot plutôt innocent qui exprimait le refus de Watson. "Non". Le pire non de toute sa vie. Son corps protesta intégralement à cette décision, et il frémit alors que son regard se durcissait, un éclat de colère brillant dans ceux-ci.

Watson passa à ses côtés sans rien ajouter. Holmes vit rouge en un instant. Il pivota et malgré son bras blessé, il n'en eut besoin que d'un seul pour vivement attraper le bras de Watson et plaquer le jeune homme dans le mur. Usant de tout le poids de son corps, il s'assura de le presser violemment contre celui-ci, et le maintenir là du mieux qu'il pouvait, appuyant sur Watson avec son corps au complet.

- Redonnez. Les. MOI !

Il ne plaisantait vraiment pas. Sherlock avait beau dire ce qu'il voulait, et se défendre autant qu'il le désirait en disant que ce n'était pas une habitude, une fois qu'on touche à ça, difficile d'arrêter. Il consommait occasionnellement, c'est vrai, on ne pouvait rien dire là-dessus. Mais cela restait une consommation, et c'était là le vrai problème. Même s'il n'avait besoin que d'une dose aux deux semaines, ou même par mois, il en avait malgré tout besoin et son corps le lui rappelait. Il finit par reculer légèrement de Watson, comme semblant se sentir mal de son brusque élan de colère et de violence. Il l'observa un instant, la respiration rapide, puis grogna entre ses dents :

- Je vais le prendre quand même. Autrement. Par les fesses pourquoi pas. La peau à cet endroit est d'une sensibilité .... Mmm. J'aurais dû y penser plus tôt.

Et il foudroya Watson du regard avant de simplement retourner à sa chambre à toute vitesse. Il n'avait jamais pris d'une quelconque drogue par les fesses et ignorait même si cela se faisait vraiment. Ou si c'était recommandé. Ou dangereux. Mais il n'était pas assez fou pour essayer, pas assez en manque pour se rendre à cette solution insensée. Mais secouer un peu Watson ne ferait pas de tort, si c'était pour le pousser à le laisser prendre sa drogue d'une façon plus conventionnelle. Ou juste lui faire un énorme câlin et le distraire de son besoin toute la journée. Mais comme on sait désormais que peu de choses sont vraiment efficaces pour faire perdre toute concentration à notre pauvre Sherlock, celui-ci doutait fort que Watson y arriverait. À moins d'accepter de se livrer à des ... choses immorales mais divinement délicieuses. Toute la journée. Dans le confort de leur chambre. La sienne ou celle de Watson, aucune importance. Enfin. Cela n'arrivera pas. Non ?

Il se retrouva ainsi accroupis avec la petite bouteille à côté de lui. Solution de cocaïne à 7%. Le pantalon baissé à l'arrière suffisamment pour dévoiler ses fesses, il était en train de se demander comment il pourrait bien insérer ça là-dedans. Peut-être qu'en créant un peu d'espace, il arriverait à verser le liquide directement à la bonne place et ... Oui. Oui, cela ferait une peur bleue à Watson. Excellent. Il porta donc son index à sa bouche et l'humidia consciencieusement, le regard rivé devant lui, vers la porte restée ouverte. Évidemment. Pour que Watson soit témoin de sa tentative complètement déraisonnable. En souhaitant qu'il l'interrompe, parce que merde, Holmes n'avait pas du tout envie de se mettre ça dans les fesses hein ...

C'était le moment de vérité. Ça lui faisait un peu peur, et son estomac se serrait à répétition alors qu'il sortait son index d'entre ses lèvres, enduis de salive. D'accord. On inspire un grand coup, et on y va. Il glissa sa main derrière lui et serra les dents en poussant lentement le bout de son doigt à l'intérieur. Aussitôt, un halètement douloureux lui échappa et il serra instinctivement les fesses, avant de comprendre qu'il aurait avantage à ne pas faire cela s'il voulait éviter plus de douleur. De peine et de misère, il continua sa progression jusqu'à la deuxième jointure, puis commença à faire marche arrière, renfonçant son doigt juste après dans un très lent va-et-vient. Qu'est-ce qu'on ne ferait pas pour avoir ce qu'on veut hein ? Il poursuivit son manège un peu plus rapidement, une trentaine de secondes à peine, puis retira simplement son doigt et releva un peu plus les fesses. Sa main farfouilla pour sa bouteille, tout en marmonnant un "Should be enough ...". Si avec ça il ne causait pas une mini crise de coeur à Watson ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Ven 22 Mar 2013 - 12:24

J’avais bien fait, de me préparer à l’imprévisible. Enfin… Que dis-je… Il était impossible de se préparer à l’imprévisible. Surtout celui-ci. Car que je le veuille ou non, je fus épris d’une violente surprise, mes yeux devenant plus gros sur le coup. Il s’était montré vif, me plaquant en y mettant toute sa force et son poids. Pourquoi tant de brutalité… De noir dans son regard. Qu’il se calme non de dieu… Homme de rage, sortez de ce corps! Je regardais d’ailleurs Holmes d’une drôle de manière, un peu comme si cette personne que j’avais devant moi, n’était qu’un parfais inconnu. Et c’était en quelque sorte le cas, car jamais n’avais eu le droit à une telle scène de sa part.

Mais rien qui ne puisse m’intimider. Je ne comptais toujours pas plier, et lui donner ce qu’il voulait. Il n’avait réussi qu’à créer ce doute en moi, mon air froid, sévère, devenant déception. Il disait que consommer de temps à autre, mais à mes yeux en cet instant, il agissait comme un véritable accros, ne pouvant vivre sans sa dose. Autrement, aurait-il vraiment agit ainsi? Et pourquoi diable avait-il touché à une pareille cochonnerie aussi. Je sais, pour pouvoir mettre son cerveau en mode de repos… Mais… Je ne crois pas arriver un jour à approuver un tel acte. C’était plus fort que moi.

Enfin il me relâcha, reculant, me redonnant mes moyens de bouger. Et me les fit perdre en même temps, ses mots me prenant au dépourvu. Il était donc prêt à aller jusqu’à ce point? Mais quel insouciant! Non, je ne comptais certainement pas le laisser faire. Ne le suivant cependant pas dans l’immédiat. Car oui, j’hésitais. Lui donner ce qu’il voulait? Pour l’empêcher d’user de cet autre moyen, qui me paraissait dangereux, ou encore… Continuer dans ma voie de refus, et l’attacher s’il le fallait. Je penchais tout d’abord vers la première idée, me retrouvant sous peu tout juste devant la cachette à seringue mais… Je ne pus me résoudre à les sortir. Il semblerait bien que le choix me parut désormais évident, préférant tenir moi de même mon bout. Ce ne fut qu’après cette courte réflexion que je me dirigeais en presse vers la chambre de Holmes, ouvrant la porte. J’avais le cœur en peur, qui battais mile à l’heure, et qui empira lorsque j’entendis ces mots, vu la position du jeune homme. Il avait désormais la bouteille en main, mais pas encore pour bien longtemps. Car assez vivement, comme si j’allais me gêner, je le plaquai au sol. Légère vengeance ici je l’avoue. Il n’y avait pas été mollo avec moi tout à l’heure, alors pourquoi devrais-je me retenir de lui remettre ce coup? Enfin, tout ceci que pour dire que Holmes se retrouva en moins de deux plaqués au plancher, et les mains maintenue au-dessus de sa tête désormais prisonnières des miennes.

Eh bien voilà, il ne pouvait plus bouger. Et cette fois-ci, ce fut tout aussi à mon tour d’être le parfait contraire de la joie, et de la patience. Ça allait, j’avais accepté ces regards noirs, ces affronts, cette colère. Mais il doit bien y avoir une limite à tout, et la mienne avait été atteinte, en le voyant se préparer à réellement faire passer la cocaïne par le biais de ses fesses. J’avais les sourcils joliment arqué, mon air ce faisant à la fois colérique, et lasse.

-Dear Lord Holmes! Reprenez-vous nom de dieu!

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Ven 22 Mar 2013 - 13:38

Holmes se rendit compte que sa main tremblait alors qu'il la portait lentement vers l'arrière. Les yeux fermés, il priait presque Watson d'arriver, d'intervenir vite avant qu'il ne soit rendu au point de non-retour et doive poursuivre sur sa lancée. Il ne voulait pas se mettre ça dans les fesses mais Sherlock Holmes n'abandonne pas lâchement, alors s'il le fallait, il le ferait. Mais heureusement pour lui, il sentit soudain un grand poids le renverser d'un coup sans prévenir. Perdant toute forme d'équilibre, il alla s'étaler lourdement sur le dos, les fesses nues sur le plancher froid, le devant de son pantalon s'accrochant tant bien que mal à ses hanches pour le couvrir un minimum. Il garda les yeux fermés un instant puis poussa un soupir et les rouvrit, toute trace de colère effacée de son visage, simplement une forme de reconnaissance au fond de ses grands yeux bruns.

- Dear Lord, merci d'être intervenu ... De la cocaïne par les fesses... Même moi je n'oserais pas !

Il tourna lentement la tête sur le côté pour jeter un oeil à sa petite bouteille. Elle était ouverte lorsqu'il l'avait dans les mains, ainsi elle était désormais entièrement renversée, son contenu éparpillé sur le plancher, irrécupérable. L'adolescent fronça les sourcils à cette vue et relâcha son emprise sur la bouteille vide, qui glissa d'entre ses doigts et roula sur le sol.

- Cela règle le problème, je suppose... murmura-t-il, pinçant les lèvres, un peu mécontent.

Il poussa un second soupir et retourna les yeux vers Watson. Il l'observa un instant, encaissant son regard à la fois déçu et furieux. Holmes ne rajouta rien et attendit simplement, le temps que les sentiments négatifs leur passent un peu à tous les deux, puis enfin il remua un peu les doigts d'une de ses main retenues par le jeune homme, pour effleurer du bout des doigts le poignet de Watson, presque en une caresse.

- .... Je ... Je prendrais bien un petit-déjeuner, finalement ...
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 25 Mar 2013 - 23:49

Il semblerait bien que j’étais arrivé juste à temps. Et cette pensée était aussi valide d’un côté comme de l’autre. Car je ne fus point le seul, voulant à tout prit empêcher Holmes de poser un tel geste. Il se contredisait complètement, mais lorsqu’on le connaissait assez bien, on comprenait assez rapidement, que s’il a une idée, aussi stupide soit-elle, il l’exécute jusqu’au bout. Ou jusqu’à ce que quelqu’un, en l’occurrence moi pour ce cas bien précis, l’en empêche. Alors non, ces mots, ce soulagement de sa part, ne créèrent pas grand-chose chez ma personne. Il faut croire que je m’habituais de plus en plus à ce personnage.

Enfin, l’important était que le pire avait été évité. Et que désormais, ses seringues amenées ne lui seraient d’aucune utilité. Car la bouteille était désormais vide, sous le coup et la chute, le liquide s’étant éparpillé au sol. Et oui, oui j’étais bien heureux de ce résultat. Il ne pourrait plus finir sous les effets de la drogue, du moins pas pour le restant des vacances. Omis s’il avait une autre réserve, mais je ne voulais même pas le savoir, ni même fouiller.

Ma fureur se dissipa plutôt rapidement, n’avais-je eu besoin que de quelques secondes pour me calmer. Le type colérique et rancunier ne me collait pas à la peau il faut croire. Sur ce mes traits retrouvèrent leurs airs habituels, mes mains laissant plus de lousse aux poignets du jeune homme, jusqu’à complètement le lâcher sous sa demande de déjeuner. J’eus un mince sourire, me relevant tout en offrant ma main à Holmes pour l’aider à se remettre debout. Et je la gardais fermement dans la mienne suite à cela, le tirant, nos visages se rapprochant. Je fus qu’une mince touche un peu trop sérieuse, n’ayant cette intention de passer l’éponge que suite à ma demande.

-Ne me faite plus ce coup voulez-vous?

Si je pouvais éviter quelques futures crises cardiaques, il va s’en dire que j’apprécierais. Enfin, peut-être parlais-je dans le vide mais il ne me coutait rien de faire une petite tentative. Bref, je m’arrêtais à ces quelques mots avant de définitivement le lâcher, car après tout, un bon déjeuner nous attendait. Il ne fallait pas trop le faire patienter.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 26 Mar 2013 - 0:50

Holmes resta tranquille jusqu'à ce qu'il soit libéré par Watson. Ce n'est qu'à ce moment qu'il s'autorisa à bouger et accepta cette main offerte et tendue dans sa direction pour se remettre sur ses pieds. Il remonta alors correctement son pantalon et rattacha prestement sa ceinture d'une main avant de simplement poser les yeux sur le jeune homme. Son autre paume était toujours contre celle de Watson, qui affichait son regard sérieux qui signifiait une réprimande ou une demande. Holmes le laissa bien entendu la formuler, mais se garda bien de lui donner une réponse concrète. Il hocha plutôt vaguement de la tête, avec une mine qu'on pouvait qualifier de piteuse mais qui disparaîtrait bien vite une fois l'éponge passée. Ce qui ne saurait être long, c'était l'un des points qu'il appréciait le plus chez Watson, sa tolérance et sa capacité à pardonner.

Holmes emboîta vite fait le pas de Watson, hors de la chambre et puis en bas des escaliers, et ce jusqu'à la cuisine. Ce n'est qu'en entrant dans celle-ci et en voyant toute la petite famille réunie que les évènements de la nuit lui revinrent en mémoire. Il riva aussitôt son regard sur le derrière de la tête de Watson qui marchait devant lui, et une fois assis sur sa chaise, sur son assiette vide. Tout pour ne croiser le regard de personne, là où il y lirait jugement, inquiétude, voire moquerie du côté d'Henry. Toutes des choses dont il n'avait pas besoin. Leur compassion pour le pauvre Sherlock qui a fait un cauchemar suite à un évènement traumatisant, il n'en voulait pas. C'était humiliant à la puissance mille et le simple fait d'y repenser faisait rosir ses joues.

Personne n'insista trop. Après quelques formalités, les bons matins entre autres, auxquels Holmes répondit avec un enthousiasme feint, les deux adultes n'essayèrent plus trop de pénétrer dans la petite bulle qu'il s'était visiblement construite ce matin. Il s'était comme coupé d'eux, évitant délibérément leur regard et gardait en permanence cet air sur son visage, un mélange d'ennui et d'agacement. Lorsqu'il fut servi, il remarqua que sa main tremblait légèrement lorsqu'il leva sa fourchette. Bloody drugs ... Pourquoi est-ce que Watson... Argh. Tout cela à cause de seringues...

On ne pouvait pas vraiment lui en vouloir, son corps était en manque et il le lui faisait savoir. Holmes était de mauvaise humeur. C'était palpable, son silence n'ayant pas grand chose à voir avec une de ses périodes de réflexion intense habituelles. Il eut au moins la gentillesse de faire tous les efforts jusqu'à finir son assiette, lui qui prenait si rarement de telles portions au déjeuner, cela quand il ne sautait pas un repas tout court. Il allait avoir pris cinq kilos d'ici leur retour à l'établissement !
Même une fois terminé, Holmes ne sembla pas près de faire un geste pour sortir de table, restant simplement assis le menton entre les mains, remuant sans cesse la jambe droite bien rapidement, ignorant jusqu'aux mimiques et moqueries de Henry qui normalement lui tiraient des réactions.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Jeu 28 Mar 2013 - 0:24

Ah oui… L’événement d’hier… Il n’avait certainement pas été oublié en ce matin. Car ma mère avait ce regard un peu inquiet en observant Holmes, son cœur de mère ne pouvant s’en empêcher. Elle devait sans aucun doute se questionner sur la suite des événements, et surtout comment allait-il se matin, mais en le voyant délibérément éviter de regarder qui que ce soit, elle s’en tint aux simples formalités tout comme mon père. Évidemment, ne comptez pas sur Henry pour rester bien tranquille et faire de même. Il va s’en dire qu’il ne se gênerait pas, et allait en profiter. Et ce dès que le jeune homme fit son apparition dans la salle à manger, si ce n’était pas un ricanement de sa part qui venait de résonner. De quoi m’attirer un regard bien noir, inutile dois-je dire, car ce n’était certainement pas cela qui allait réfréner ses envies de s’amuser.

Au moins il se tenait plus tranquille lorsque tous furent servi et à table, non seulement moi le surveillais-je mais ma mère de même. Elle n’était pas dupe, et connaissait assez bien son fils pour savoir qu’il allait s’essayer. Des petites mimiques et sous-entendu moqueurs par-ci et par-là… Il en sortit tout de même. Et fini par abandonner sous le manque de réaction de Holmes. Il ne réagissait aucunement, l’ignorant complètement, comme tous les autres d’ailleurs. Il était dans sa bulle, et pas dans son assiette comme dirais cette expression. Il était de mauvaise humeur, et son corps toujours autant en manque. Je n’avais qu’à le regarder aller pour voir tous ces tiques qui le démontraient. Que l’on pouvait aussi associer à l’impatience pour sa jambe.

Je mis d’ailleurs une main contre celle-ci, m’ayant installé à ses côtés à table, elle m’était aisément accessible. Je tentais de le calmer, ou du moins, le sortir de sa mini transe. Il devait se changer les idées, bouger, faire quelque chose pour que son corps et son être ne pense plus à ce manque qui se manifestait depuis son réveil. Du moins devais-je le tenir occupé jusqu’en fin d’après-midi, car les événements suivant s’occuperait tout seul de son cas. Nous étions tout de même la veille de la nouvelle année, la maison serait emplie de vie, et les invités le tiendraient sans aucun doute occupé. Ou son esprit d’analyse. Il aurait après tout, tant de nouvelles personnes à observer, à connaître sans avoir le moindre besoin d’ouvrir sa bouche. Que par les yeux, il ferait leur connaissance.

Mais en attendant… Je devrais me débrouiller sans. Et je me dis que de sortir encore, devrais lui être bénéfique. Refaire du patin peut-être? Il m’avait l’air d’avoir tant aimé cela hier, il ne voulait plus quitter la patinoire! Enfin je ne sais, il avait peut-être encore mal au pied aussi.

-Alors Holmes, voulez-vous faire quelque chose en particulier en cet avant-midi?

Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Jeu 28 Mar 2013 - 9:36

Holmes était définitivement absent. Dans sa bulle où personne d'autre n'osait vraiment pénétrer, et il ignorait complètement le monde extérieur, son regard perdu dans le vide. Il ne se rendit compte qu'il bougeait sa jambe que lorsqu'une main chaude et ferme se posa sur celle-ci pour l'immobiliser. Cela lui tira une première vraie réaction depuis qu'il s'était assis à cette table; il détourna les yeux et les posa d'abord sur son genou puis les releva vers Watson. Il le contempla un instant, comprenant le message et essayant de toutes ses forces d'empêcher son autre jambe de reprendre le mouvement de la première. Ses doigts se serraient et se déserraient d'une façon incontrôlable, il n'avait rien pour s'occuper, que ce besoin qu'il avait du mal à ignorer ... Lui qui assurait à son ami que la situation était sous contrôle ...

Holmes finit par hausser lentement les épaules à la question qui lui était adressée. Ce qu'il voulait faire ? Rien. Pas grand chose. Pas qu'il n'avaient pas envie de faire quelque chose à vrai dire, il aimerait bien passer du temps avec Watson, cela lui plaisait toujours. Mais ... Il n'était pas tellement d'humeur. Tout lui semblait décourageant et son corps le faisait vraiment suer en cet instant précis. Il laissa sa main glisser doucement sur l'avant-bras de Watson jusqu'à sa main toujours placée contre sa jambe. Holmes referma ainsi ses doigts sur ceux du jeune homme, son étreinte un peu forte, un peu désespérée, peut-être aussi une forme d'appel à l'aide. Il s'accrochait à lui comme si c'était la seule chose qui lui restait dans ce monde sans intérêt, comme si sans lui il deviendrait tout simplement fou, incapable de supporter son propre corps en manque.

Soudain, la mère de Watson décida de prendre les choses un peu en main. En voyant la tête d'enterrement de son jeune invité, elle alla chercher une boîte qui était arrivée le matin même, adressée à Sherlock. Elle le débarrassa de son assiette vide et posa le tout devant lui avec un petit sourire, ravie de voir son expression changer pour de la surprise. Tout était mieux que cette mélancolie d'un peu plus tôt. Holmes se redressa un peu sur sa chaise, son esprit se concentrant entièrement sur cette fameuse boîte et en oubliant le reste. Il attrapa la petite carte sur le dessus, l'ouvrant et lisant à voix haute les quelques mots dans l'écriture de son frère.

- « Sherly, mère m'a demandé de te faire parvenir cela maintenant. Ils savent que c'est d'avance mais il aurait été impossible pour eux de te l'envoyer la journée exacte. Prend soin de toi. Mycroft.»

Il prit la boîte et la déposa sur ses genoux. Ses parents. Quelque chose venant de ses parents. Il ne savait pas trop à quoi il pouvait bien s'attendre mais après une brève hésitation il déchira le papier brun l'entourant et ouvrit la boîte. La première chose qu'il prit fut une seconde lettre. Voulait-il vraiment la lire ? Il jeta un coup d'oeil à Watson, puis avala sa salive un peu difficilement et regarda la lettre.

- «Sherlock, nous savons ta mère et moi que ton anniversaire n'est que dans une semaine mais nous t'envoyons ceci dès maintenant. Nous espérons que cela te plaira. Nous espérons aussi que ton année scolaire se déroule bien et que tu ne causes pas trop de soucis à tout le monde, mais aussi que tu t'es fait des amis. Oh je sais que tu roules les yeux en ce moment, Sherlock, mais j'ai le sentiment que cette année est la bonne pour toi. »

Il leva une nouvelle fois les yeux vers Watson, cette fois-ci ses lèvres s'étirant en un petit sourire.

- «Bon anniversaire Sherlock. Papa et maman.»

Holmes redéposa lentement la carte, semblant être un peu éberlué par la situation et ces émotions qu'elle lui générait. Ils n'avaient pas écrit qu'ils l'aimaient. Ils ne l'écrivaient jamais. Ils n'était pas démonstratifs comme cela, ses parents, on voyait au moins de qui il pouvait retenir ! Mais ils n'avaient tout de même pas oublié sa fête qui s'en venait bien rapidement et cette lettre lui avait donné une sensation chaude dans l'estomac, un peu de joie probablement. Il pouvait percevoir de l'affection parmi les mots, malgré tout, et ça lui suffisait. Il n'osait pas encore regarder ce que contenait la boîte, restant un peu immobile, le coeur battant, ses pieds ayant emprisonné celui de Watson entre les siens juste pour le sentir près de lui.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 31 Mar 2013 - 23:11

J’avais eu le résultat escompté, Holmes sortant de sa bulle, osant enfin poser un regard sur l’un des êtres humain à la table. Je commençais un peu plus franchement à m’inquiéter, ayant quelque peu mieux développé mes aptitudes à observer, les gestes du jeune homme n’échappant point à mon regard. Il tentait de mettre tous les efforts possibles pour contrôler les signes de son corps, qui ne cessaient de lui rappeler le besoin qu’il avait. Et bien entendu, venait avec tout ceci ce fait de ne rien vouloir faire. Normal, vu la situation. Il n’allait pas bien, et ne le saurait pas tant et aussi longtemps qu’il n’aurait pas comblé ce manque. Du moins telles étaient mes suppositions.

Mais… Je ne pouvais rien faire pour l’aider, malheureusement. Je ne pouvais lui donner rien de plus qu’un sourire qui se voulait rassurant, lui signifier que j’étais là. En temps normal j’aurais sans le moindre doute fait plus, des gestes plus concrets que le simple étirement de mes lèvres. De toute manière, je n’aurais point pu, ma mère arrivant, un paquet à la main. Elle vint en même temps, un peu à ma rescousse, moi qui voulais remonter le moral du jeune homme, mais ignorait comment l’occuper pour qu’il en oublie son manque. En fait si, je connaissais bien un truc mais il va s’en dire que je l’oubliais délibérément. Ce n’était même pas une chose pensable. L’important était que ma mère avait réussi à arracher une toute autre expression à Holmes. De la surprise à l’état pure, et de l’intrigue de ma part. Mais qu’étais-ce donc ce mystérieux paquet?

Un cadeau de la part de ses parents, en avance peut-être joignant-il les fêtes de Noël et son anniversaire. Un cadeau pour deux, vous voyez. Je gardais mon sourire à l’ouïr de la seconde lettre. À la fois car je trouvais amusant que ses parents prévoient son roulement de yeux mais aussi car, ceux-ci avait eu raison. Il s’était bel et bien fait des amis, du moins un en particulier! Et bon, nous avions développé tout un lien, fort et inexplicable. Toute une amitié je dois dire, une complicité rare que je n’avais jamais vécu avec qui que cela soit. Oh certes, il me désespérait souvent, ce cher Holmes, pour les fois où il se mettait les deux pieds dans les plats, ou simplement ses idées farfelues. Mais il lui fallait bien une personne pour le sortir de ces pétrins n’est-ce pas? Une personne qui peu importe, serait toujours à ses côtés. Et ce si aisément, sans jamais me plaindre, ou ne serait-ce que regretter d’avoir fait sa connaissance. Jamais de la vie.

Mais voilà que la lecture fut terminée, un petit stress se faisant sentir chez le jeune homme. Je le voyais bien, ou du moins le supposais-je. Car il ne bougeait plus, ne faisant aucun mouvement pour ouvrir le contenu de la boîte. Il emprisonnait plutôt mon pied entre les siens, que j’eus un mince sourire, que je passais un bras autour de ses épaules, le brassant bien légèrement, amicalement.

-Pourquoi ne l’ouvrez-vous pas? Le contenu me semble intriguant.

La nature humaine… Si curieuse. Et qui n’aimait pas trop les suspenses. Comme celui que nous faisais vivre Holmes. À tous, et non seulement à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 31 Mar 2013 - 23:47

En sentant ce bras entourer ses épaules et se voyant secoué doucement, Holmes ne pu retenir un mince sourire. L'envie de recommencer à brasser sa jambe semblait réellement le démanger mais pour Watson, et uniquement pour lui, il déployait des efforts monumentaux pour se retenir. Il hocha alors lentement la tête et effleura le dessus de la boîte du bout des doigts avant d'enfin se résoudre à l'ouvrir et écarter le papier pour avoir accès à ce qu'il cachait. Il tira de la boîte un livre. Un livre d'une épaisseur considérable portant le titre "La criminologie" et traitant visiblement de science forensique et du milieu criminel. Holmes avait les yeux grands et ronds comme des soucoupes et fixait la page couverture comme s'il n'en croyait pas ses yeux. Il la frôlait même de ses doigts comme si cet autre sens, le toucher, confirmerait qu'il ne rêvait pas. Son coeur battait à toute allure alors qu'il retournait le bouquin pour lire le résumé à l'arrière. On pouvait déjà remarquer qu'il rêvait d'avance à l'instant où il se plongerait dedans.

Il le déposa sur la table juste devant lui et reposa son attention sur la boîte en équilibre sur ses cuisses. Elle n'était pas encore vide. Il farfouilla une seconde fois à l'intérieur et eut droit à un autre livre d'une grosseur semblable, traitant cette fois de chimie. Chimie organique et bien d'autres, en incluant une section traitant des poisons, comme le démontrait le résumé à l'arrière. Les mains de Holmes tremblaient presque alors qu'il semblait de plus en plus renversé. Finalement, le troisième et dernier était un livre plus petit rempli de pièces de violon. Il y en avait des dizaines et des dizaines, toutes semblant plus complexes les unes que les autres - les deux adultes semblaient connaître le talent spectaculaire de leur progéniture puisqu'ils avaient choisis un degré de difficulté à la hauteur. Holmes ne disait pas un mot. Il avait posé les trois livres devant lui en une pile bien nette, et les regardait avec de grands yeux perdus, la bouche entrouverte. Il finit par murmurer, en français pour aucune raison apparente:

- C'est le paradis...

Les mots roulèrent agréablement sur sa langue, son accent donnant une touche de charme à ses paroles, en plus de son ton doux et un peu abasourdi. On aurait presque dit qu'il ignorait comment réagir, comment gérer toutes les émotions qu'il ressentait. Il était clairement au comble du bonheur. Il mentionnait peu ses parents et ne semblait pas avoir une relation très proche avec eux mais ils connaissaient définitivement sa capacité intellectuelle hors du commun et savaient quoi donner à cet enfant qui absorbait l'information comme une éponge: encore plus de connaissances. Exactement dans les domaines qui le fascinaient, qui le passionnaient le plus. Peut-être était-ce des suggestions de Mycroft, aussi, difficile à dire. Mais Holmes n'aurait pas pu être plus content que maintenant. Il finit par s'arracher à sa contemplation et leva les yeux vers Watson. Il y pétillait une bonne humeur qui en était absente depuis ce matin, et c'était bon de retrouver cette expression sur son visage. Il avait l'air mieux.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 1 Avr 2013 - 0:59

Nous ne pouvons pas dire qu’ils ne connaissaient pas bien leurs fils. Les parents de Holmes s’avaient exactement ce qui lui ferait plaisir, ce qui le rendrait heureux. Tout était dans la boîte, chaque élément, ne le rendant que plus heureux. D’abord le premier, le faisant rêver du jour où il débuterait sa lecture, et les seconds ne pouvant que rendre sa tête heureuse. De la chimie et pièces de violons tous deux complexes, quoi demander de plus? Il serait heureux pour les jours à suivre, et aurait largement de quoi s’occuper aujourd’hui semblait-il.

J’eus un large sourire à ces mots, à la vue de son air des plus adorables. Il était une véritable petite boule de bonheur en cet instant, et ses yeux avaient retrouvé de leurs brillances. Enfin, il allait mieux. Et j’osais espérer qu’il reste ainsi pour le reste de la journée pourquoi pas? Une chose était cependant certaine, son humeur avait un bel effet sur la mienne, car elle était ma fois, contagieuse. Et comme toujours, je ne pus m’empêcher d’ébouriffer amicalement sa chevelure, avant de me retirer de sa bulle, mon bras retrouvant une toute nouvelle place. Pas de coude sur le table, je le sais, mais cette fois nous ne mangions pas alors ça allait. Et puis j’avais simplement envie de jeter mes propres coups d’œil aux présents de Holmes. Rien de bien normal pour un jeune homme de bientôt 16 ans diriez-vous. Après tout, tout ceci n’était-il pas de niveau anormalement avancé? Parfait pour Holmes dois-je dire. Enfin, je ne fis que regarder, sans toucher, m’attardant plus sur les pièces de musique.

-Il vous faudra me jouer de ces pièces mon ami. Je tiens absolument à les entendre. Lorsque vous les aurez maîtrisés, évidement.

Mes oreilles avaient déjà hâte. Les pièces qu’il avait auparavant avait été si merveilleuses à écouter, je n’osais alors imaginer celles-ci, d’un niveau tout à fait différente, bien plus complexe.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweeter than Heaven and Hotter than Hell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 12 sur 14Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» HIGHWAY TO HEAVEN &#9829; welcome in New Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SkyCity :: Corbeille :: Archives :: Sujets de Rp :: Rpg Réaliste-
Sauter vers: