SkyCity

Forum RPG
 
AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sweeter than Heaven and Hotter than Hell

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
AuteurMessage
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Sam 12 Jan 2013 - 14:08

Boarding school, 1869

Oh comme il pouvait détester cela. Il ne voyait tout simplement pas l'intérêt. Qu'est-ce que ces professeurs pouvaient leur enseigner qu'ils ne pouvait pas apprendre par eux-même ? Il fallait s'intéresser à plus que cela, au concret. Ce n'est pas en récitant de la poésie qu'ils allaient aller loin dans la vie. Il y avait au dehors une réalité cruellement frappante à laquelle tout ces enseignements ne les préparaient pas ; ils faisaient simplement semblant. Leur bourraient le crâne avec un tas de culture générale avant de lancer les formers dans l'inconnu au moment de leurs dix-huit ans. Définitivement, il détestait les pensionnats.

Haverford House, n'était pas l'endroit qu'il préférait au monde, cela va de soi. Vivre dans des dortoirs en compagnie d'une cinquantaine d'autres camarades n'était pas dans ses cordes. Il n'appréciait pas leur compagnie, et ils n'appréciaient pas la sienne. C'était sa deuxième journée ici et les hostilités étaient déjà commencées. Ce n'était pas vraiment de sa faute, il ne faisait rien de particulier pour attiser leur animosité. Il se contentait de les ignorer et prétendre qu'il valait mieux qu'eux. Attendez un instant. Prétendre ? Non. Il valait mieux qu'eux, irrévocablement. En terme d'intelligence et d'esprit, il les outrepassait tous. C'était probablement la première chose qui les agaçait. Un gamin de quinze ans parmi eux, qui avaient pour la plupart tous seize ou dix-sept ans. Un gamin qui devrait être un fifth former, mais qui par un quelconque mystère, avait sauté une année et était actuellement en Lower Sixth, soit en même année qu'eux, ou une en-dessous à peine. Les Upper Sixth étaient ceux qui le détestaient le plus, bien qu'il ne leur eut rien fait de mal. Il avait suffit d'un rictus amusé sur ses lèvres en entendant quelques garçons discuter de façon tout à fait absurde de la théorie de Darwin pour qu'ils s'en prennent à lui. Tous des lâches, ils s'y étaient mis à quatre.

Il était de loin le plus léger des quatre. Deux étaient membres de l'équipe de foot du pensionnat, réputée dans les environs. Leurs épaules étaient plus carrées, et ils faisaient quelques centimètres de plus que lui au moins. Il n'irait pas juste à dire qu'il était petit, mais il n'était pas particulièrement grand non plus... À ses yeux cependant, la grosseur ne voulait rien dire. Il n'avait pas peur de ces gars, ni de leurs menaces ou leurs commentaires. Ne pas avoir peur ne voulait pas forcément dire qu'il allait remporter cette bagarre. Cinq minutes après qu'ils l'eut poussé par terre dans un coin de la cour, à mi-chemin entre l'école et leur dortoir, le plus costaud de la bande lui donnait la raclée de sa vie. Sa lèvre ouverte et ensanglantée ne l'empêchait cependant pas de riposter avec une énergie farouche, pas plus que les coups de pieds dans ses côtes. En une fraction de seconde, il vit venir un autre coup de poing, probablement dédié à son nez qui ne résisterait pas à l'assaut. Réaction surprenante, il bloqua du coude le mouvement et réussit à loger un coup de genou dans la gorge de son assaillant, dont la mâchoire protesta, les dents émettant un claquement en cognant brutalement ensemble.

Leur bataille fut interrompue par un enseignant qui passait par là. Alors que les quatre gars étaient conduits chez le directeur, peut-être par un miracle le jeune adolescent en fut épargné et simplement renvoyé à Haverford. Il avait commencé à pleuvoir, une pluie battante qui était assez courante. Existait-il beaucoup de jours où les nuages gris ne couvraient pas le ciel de l'Angleterre ? Lorsqu'il mit les pieds dans le dortoir, c'est dans un état lamentable, mais il s'en fichait bien. Son uniforme était complètement détrempé par la pluie qui l'avait accompagné sur le chemin, sa cravate pendue à son cou, complètement déserrée, les manches de sa chemise blanche remontées jusqu'à ses coudes, son veston bleu sombre visiblement oublié quelque part. La seule chose qui semblait en ordre dans son habillement était le pantalon gris, celui-là impossible à porter de manière à défier les règles. Sa tignasse foncée et mouillée retombait un peu dans son front, et dans un geste désinvolte, il en écarta quelques mèches, découvrant ses yeux d'un brun sombre. Sous l'un d'eux, la peau commençait déjà à prendre une teinte bleutée. Il releva fièrement son menton maculé de sang, traversa la salle commune et monta vers les chambres sans se retourner. Il ne manqua cependant pas le regard de leur préfet, qui l'avait fixé droit dans les yeux pendant un bref instant.

John. C'était bien cela, non ? Capitaine de l'équipe de foot en plus d'être un étudiant modèle, un Sixth former de dix-sept ans qui était dans sa toute dernière année ici. Et par-dessus tout, le préfet de Haverford. Chaque maison avait son préfet, qui s'était vu donner une autorité limitée sur les autres étudiants et s'assurait de réglementer un peu la vie en dehors des cours. Au dortoir de Haverford, tout le monde avait l'air de le respecter, celui-là. Il était assez populaire, tout le monde connaissait son nom. Même lui, qui venait d'arriver, il y a deux jours de cela, était pratiquement certain qu'il se prénommait John. Il lisait des livres de médecine dans ses temps libres et pratiquait le football trois fois par semaine. Les lundis, mercredi et vendredi. Pas qu'il connaissait son horaire par coeur, seulement, tous les jours de l'équipe ne rentraient pas au dortoir avant tard ces soirées-là. Ça lui faisait au moins un peu de paix.

Les rumeurs allaient bon train à son sujet. Au départ, il était un simple gamin, un excentrique aux manies étranges. Il avait cette capacité de plonger intensément, avec une fascination infinie, dans les livres qu'il traînait avec lui, qui n'étaient pratiquement jamais des bouquins concernant la matière apprise en cours. On le voyait souvent marcher le nez dans un petit carnet noir qu'il traînait sur lui en permanence, à écrire des notes ou en relire certaines autres. Sinon, il était assis dans un coin à l'écart et lisait, lisait encore et encore, à propos de la science forensique principalement. Il ne se mêlait pas beaucoup aux autres, portait son uniforme à sa guise et portait sur son entourage un regard empli d'indifférence, comme s'il n'y avait rien d'intéressant pour lui ici.
Ça n'avait pas duré longtemps. Une semaine avait suffit à lui construire une merveilleuse réputation. Il était désormais le fou, le pyromane. On racontait qu'il avait été expulsé de son précédent pensionnat parce qu'il avait mis le feu à une salle de chimie et passé tout près de brûler vif un camarade de classe. Le fait qu'il argumentait violemment avec les enseignants sur la façon dont ils enseignaient, ou sur leur vision d'une théorie, qu'il jugeait complètement stupide, critiquant ce qu'ils disaient comme s'ils racontaient n'importe quoi, contribuaient à renforcer cette image qu'on se faisait de ce garçon étrange. Le trois quart des étudiants ne connaissaient même pas son nom. On riait ou commentait à voix basse sur son passage. On s'amusait à le pousser et le ridiculiser. En une semaine à peine, il avait été impliqué dans trois batailles qui lui avaient valu quelques bleus et des points à la lèvre. On voulait nier sa grande intelligence, le couvrir d'insultes. Il n'avait pas l'air le moins du monde dérangé par ces assauts constants. Lorsque l'occasion se présentait, il utilisait ses poings. Autrement, il poursuivait sa route, comme imperméable à tout cela. Il disparaissait souvent pendant quelques heures, et personne ne savait où il était rendu.

Un mystère planait, autour de cet étrange garçon de quinze ans que personne n'avait jamais vu avant, qui arrivait d'un autre collège dont il avait été expulsé, avait sauté une année dû à une supposée grande intelligence, et avait une attitude et une personnalité aussi déconcertante. Mais le pire restait à venir ... Un certain préfet ne venait-il pas de se faire demander, par le directeur, de servir de mentor pour la petite peste, génie auto-proclamé, qu'était l'adolescent indomptable ? Il semblerait bien. Et croyez-moi ... L'année à venir allait être longue ...


[J'y suis allée avec un contexte de Boarding Schools d'Angleterre, que je connaissais très peu avant ce matin - d'ailleurs, Google, je te dois une fière chandelle - mais que je trouvais intéressant à exploiter. Pas besoin de connaissances incroyables en la matière, même moi j'y vais avec le très basic. Euh. C'est libre xD Prompt intro écrite sur un coup de tête quand l'idée est apparue subitement, just saying]
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 17:28

John. C’était bien cela. John H. Watson pour plus de précision. Préfet de Haverford, élève modèle, capitane de l’équipe de foot, et qui dans ses temps libres, s’intéressait à la médecine. Voilà pour faire court, un résumé bref de qui je suis. Évidemment, tout ceci n’était ce qu’autres pouvaient voir, et vous dirait si vous leur posiez la question à savoir qui j’étais. Voyez cela comme une sorte de vision en surface, quelque peu superficielle. Posez cette même question aux gens qui me sont plus proche, et ils vous en diront un peu plus de ma personne. Car il va s’en dire que je ne m’arrêtais pas qu’à cela. Je vous dirais que ce qui me définit le mieux est mon humanité. Et il le faut bien, que serait un médecin, un docteur sans humanité? Je veux dire futur docteur car tel était ma vocation, ce que je désirais faire une fois sortit d’ici. Plus qu’une année, et je pourrais enfin aller à l’université de Londres.

Oui, plus qu’une année avant de quitter ses lieux. Et j’aurais espéré que celle-ci reste bien tranquille. Décidément, cela ne semblerais pas être le cas. Car être Préfet, impliquait des responsabilités, de grandes responsabilités. C’est bien avec cette phrase que le directeur m’avait si gentiment accueillit dans son bureau avant de m’annoncer la nouvelle. Je servirais donc de mentor. À cet être qui venait à peine d’arriver dans le pensionnat. Et qui venait de quelque peu, mette en mauvais état l’un de mes collèges de sport. Certainement allais-je connaître la raison un peu plus tard, une fois que notre cher directeur en aurait terminé avec eux. Je ne restais gère plus longtemps, traversant pour aller rejoindre la section des chambres.

Et bien voyons, qui avons-nous là? Un être qui savait se démarquer du décor. Je lui jetais un long regard, mes iris bleuté se frayant un chemin à travers ces iris sombre, y décelant cet éclat d’intelligence parmi cette abondance de fierté. Et ce début de bleu sous l’un de ses yeux. Il semblerait bien que mes compagnons de sport avait fait en sorte de bien le faire saigner. Je décelais peut-être un nez cassé, le saignement un peu trop abondant pour n’avoir été causé que par un coup sans trop de dégâts. Mon regard restait neutre, sans jugement autre que de la simple désespérassions.

Il y a des jours où, je ne comprends gère les agissements de l’espèce humaine. Ce jeune homme s’emblait adorer défier l’autorité, se batailler. Il n’avait gère une jolie réputation. En une semaine à peine, il était devenu bien plus qu’un simple nouveau auquel on ne s’attardait que pendant quelques jours. Il était devenu un sujet de conversation, un être à bousculer, étrange qui de plus était pyromane. Bref, les rumeurs allaient de bon train, les rires et moqueries se faisant à son simple passage. Je ne préférais rien penser de tout ceci. Malgré le fait que je sois quelque peu découragé que l’on m’est annoncé devoir être le mentor d’une personne qui me semblait être… Comment dire…. Bien dur à comprendre? Et spécial. Je ne dis pas que c’est mauvais d’être spécial, ne vous m’éprenez gère. Seulement nous ne pouvions dire autrement qu’il ne faisait pas partit de la masse, du troupeau de mouton, comme j’aime dire. Ici, si quelqu’un était différent, il ne prenait pas de temps avant que l’on parle de lui, qu’on l’agace et bien pire encore…

Vraiment, je préférais ne pas porter de jugement. J’aimais être de cette personne qui, donne sa chance à tout le monde. Qui ne vous juge pas sans d’abord vous connaître. Les rumeurs, je préférais ne pas m’y attarder, ne pas les écouter. Et particulièrement pour le cas de ce garçon. Je ne sais, il dégageait un mystère si intense, cela en devenait intriguant. Je me donnais pour mission d’en découvrir un peu plus sur lui. Car malgré tout ce que je pouvais entendre à son sujet, que savons-nous vraiment de lui? Absolument rien. Car il ne parlait à personne, ne se mêlait pas à la vie de l’école. Comme nous dirions si bien, il restait là, dans son coin, dans sa bulle, parfois il disparaissait sans que quiconque ne sache où il se trouve. De quoi ne le rendre que plus intriguant. Que se cachait-il dans cette tête, dans ce petit carnet noir qu’il promenait toujours avec lui? Étais-je le seul à penser ainsi?

Pour avoir mes réponses, il faudrait bien que je commence mon premier pas. Me présenter à lui, et lui annoncer la nouvelle qui était tout aussi fraîche pour moi qu’elle le serait pour lui. Mais me voilà quelque peu mal prit. Car j’ignorais comment m’y prendre, comment l’approcher. Il serait bien le premier à me mettre dans ce genre d’état. Tout simplement car il était le premier depuis mon arrivée, à avoir une attitude aussi intense en bien peu de temps. Ce n’était pas pour un rien, que j’osais le qualifier de spécial. Bon et bien, allons s’y directement alors. Ainsi, bien simplement.

Je marchais donc vers un autre chemin, pour finir par le rattraper, arrivant devant lui, le bloquant en quelque sorte. J’avais fait ainsi pour éviter cette fameuse scène de moi lui parlant, et lui m’ignorant, continuant son chemin. Et je ne tenais pas particulièrement à parler à un dos non plus.

-Veuillez m’excuser de vous importuner. Mais auriez-vous quelques minutes à m’accorder? Rien de bien long, que de simple formalité.

[Okay, j'ai pas plus résister *_* C'est quand même Watson, I just... Aaaah! No! I have to take it! D : ]
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 18:17

Spoiler:
 

Marcher le nez dans son livre ne l'empêchait pas de voir où il allait. Pourtant, les gens s'écartaient sur son passage comme s'il allait leur foncer dedans, ce qui l'arrangeait, il n'avait pas à faire beaucoup d'efforts pour les éviter. Parfois un pied jaillissais devant les siens, vaine tentative pour le jeter par terre. Il passait par-dessus sans même lever les yeux de son carnet. Cette matinée était plutôt calme. Il avait pris le petit-déjeuner avec les autres, installé dans son coin, et personne n'avait essayé de lui renverser un bol de porridge dessus par un quelconque miracle. Lui avait à peine touché au sien, et alors qu'il fixait sa cuillère en la tournant et retournant entre ses doigts, ses pupilles avaient semblé étrangement dilatées, donnant à son regard une profondeur envoûtante.

Il stoppa sa marche lorsque, sous son carnet, apparurent des pieds qui n'étaient pas les siens. Ainsi, il se retrouva arrêté tout juste devant le propriétaire d'une voix qui s'adressait à lui. Pendant quelques instants, il ne daigna même pas broncher. Puis, il releva les yeux, tombant face à face avec la gorge de son interlocuteur. Bloody hell, il était grand ... Comme pour masquer cette impression d'infériorité, il se rengorgea et releva le menton, inclinant la tête vers l'arrière pour permettre à ses yeux de rencontrer ceux du garçon. Tiens. Le préfet. Il ne s'attendait pas à avoir affaire à lui aussi tôt, mais il avait probablement commencé à en avoir marre d'entendre parler de la façon dont l'adolescent perturbait l'atmosphère à Haverford, et voulait le corriger ... Il cligna des yeux, puis inclina un peu la tête sur le côté, observant le garçon longuement avant de refermer son carnet et le glisser dans la poche intérieure de son veston. Son expression ne semblait pas agacée.

- Bien sûr.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 19:13

Spoiler:
 

Bien sûr? C’est tout? Même pas d’expression le moindrement agacée? Rien? Venais-je vraiment de me soucier de comment l’approcher en l’espace de quelques minutes? Le tout m’avait semblé plus compliqué que je ne l’aurais cru. Tout de même, je ne me cacherais pas que sa réaction face à mon interpellation, me laissait quelque peu perplexe. Un long silence, un moment de fixation, et ces drôles de mimiques avant d’enfin fermer son fameux carnet. L’important était que j’avais désormais toute son attention, et qu’il n’était pas partit, en ne m’accordant autant d’importance que la tapisserie sur les murs.

Je ne gardais point indéfiniment cet air quelque peu surpris, retrouvant tout le neutre dont j’étais capable. J’eus un court mouvement de tête, ce geste sans mot qui voulait signifier un simple; très bien. Je croisai mes bras derrière mon dos, me tenant bien droit, sans le moindrement lâcher son regard.

-Avant toute chose, il serait utile que je me présente. Je me nomme John Watson. Vous devez avoir été mis au courant que je suis le préfet. Mais il se trouve que suite à vos comportement suivant votre arrivé, le directeur est jugé bon que je devienne votre mentor. Je ne tenais qu’à vous en avertir. Au fait, quel est votre nom?

Car évidemment, il fallait bien que je le sache. Il serait désormais, en quelque sorte, sous ma responsabilité. Et toujours est-il que je reste un être polis, et les présentations ne se font pas que dans un seul sens bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 19:58

Spoiler:
 

Si Watson paru surpris d'obtenir l'entière attention du garçon, il ne le resta pas longtemps. Il se mit à lui parler. Sa façon de se tenir droit le fascinait un peu, tout en lui faisant rappeler amèrement que lui était ... petit. C'était le mot, voilà, c'était dit, il ne pouvait pas le cacher. John Watson. Ainsi il avait raison, c'était bien son prénom, celui que tout le monde interpellait avec ce même ton sympathique et respectueux, car bien sûr, tout le monde appréciait John Watson ...

Le regard du jeune perdit soudainement tout son focus, lâchant celui de son interlocuteur pour plutôt descendre le long de la courbe de son cou, dénotant les épaules assez larges, imaginant les muscles bien entraînés. Un sportif, bien en forme. L'uniforme impeccable, comme il pouvait en témoigner ici, sauf peut-être...
Il tendit soudainement la main en ignorant complètement le jeune homme désormais, malgré que celui-ci lui parlait encore. Son pouce passa dans un mouvement habile sur le rebord de la manche du veston que portait Watson, et lorsqu'il le retira, il était marqué d'une trace noire. Soulevant très délicatement un sourcil, il porta son pouce à sa bouche et levant les yeux au ciel d'un air pensif en léchant la marque comme si rien n'était. Toujours sans accorder plus d'attention à Watson, il fit ce geste bien caractéristique, avec sa bouche, pour goûter pleinement la saveur et l'analyser. Il termina en faisant claquer sa langue sur son palais, et juste à ce moment, son attention et regard revinrent brutalement sur Watson. Watson qui avait dû renverser de l'encre ce matin, probablement en écrivant dans un quelconque journal, peut-être, ou alors une lettre à de la famille, qu'il ne voyait qu'au temps des fêtes puisqu'il vivait ici au pensionnat ... Sa manche avait dû tremper très légèrement dedans sans qu'il ne le remarque, et voilà le vêtement légèrement taché. C'était encore assez frais, ce ne devait pas faire longtemps.

- J'ai vaguement été mis au courant de la situation. Trois soirées de tutorat par semaine, c'est bien cela ? Je n'ai besoin de personne pour me remettre sur le chemin de la droiture, mon cher Watson, et encore moins besoin de tutorat, j'espère que vous en êtes conscient.

Ainsi il avait tout écouté, malgré son air totalement absent pendant un bref instant, comme s'il se souciait peu de ce que John lui disait. Son expression se faisait maintenant dérangée, comme si cette idée de mentor ne lui plaisait pas, et effectivement, c'était le cas. Quand à la question concernant son nom, il se contenta d'un léger « Pas de vos affaires ».
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 22:02

Spoiler:
 
Oh! Eh bien, venais-je de sauter trop vite sauter aux conclusions? Il semblerait bien que oui. Je serais désormais bien avertit, pour la prochaine fois. Toujours ne m’attendre à absolument rien. Car j’avais beau parler, me revoilà aux prises avec un air aux touches perplexes. Il ne semblait plus le moindrement m’écouter portant sur moi un regard m’analysant. Je continuai tout de même mes dires, malgré que ceux-ci n’atteignît que l’air. Il me prit par surprise, atteignant ma manche sans laisser le moindre indice de ses futurs agissements. De quoi me faire aussitôt exclamer : « Mais que faites-vous?? ».

Décidément il restait maître de l’indifférence, m’arrachant un air encore plus perplexe voyant ce noir sur son pouce, celui-ci se portant à sa bouche. J’eus un geste, regardant là où il avait passé son doigt, y découvrant cette tâche, cette trace de ma lettre fraîchement écrite. Une de plus. Rien d’étonnant. Pourquoi diable arrivais-je toujours à me tâcher? Et comme toujours ceci m’arrachais un petit froncement de sourcil. Mon détour d’attention ne dura le temps que d’une constatation, car ce bruit fort étrange de me demanda qu’à l’observer. Mais que diable faisait-il encore? Quel drôle de personnage, un véritable énergumène. Il avait une attitude tout à fait déconcertante. Et cette fois, malgré qu’il ait si vite retourné mon attention vers ma personne, je gardais mon air surpris.

D’autant plus que malgré toutes ces mimiques, faits, et gestes, il m’avait complètement écouté. Je retrouvai un peu plus de contenance aux fils de ses mots, peu étonné qu’il ne désir rien de plus que d’avoir la paix, que mon aide offerte, mes tutorats, ne lui était d’aucune utilité. En résumé, il ne voulait rien savoir de tout ceci. Agissait-il en simple rebelle? Ou tenait-il à rester un être solitaire? Un peu des deux je suppose. Car évidemment, il sortit sans grande difficulté son air, ainsi que ses paroles défiant la loi. Mais toujours restait-il qu’il n’avait gère le choix, autant lui, que moi. Je gardais mon parfait calme, comme si ces mots de m’eurent gère atteint. Il ne voulait pas me dire son nom, alors qu’il en soit ainsi. Je ne me mettrais pas à le frapper tel un ballon pour cette impolitesse. J’étais très patient, et savait faire preuve de clémence quand il le fallait.

-Non, je n’en suis gère conscient car je ne vous connais point. Cependant, le directeur est apte à juger ce don vous avez de besoin, ayant suivis vos moindres actes et comportement au sein de l’environnement du pensionnat. Ce pourquoi, l’on m’a assigné cette tâche de mentor. Il n’est donc pas de votre choix d’accepter ou non, ce tutorat.

Je lui accordai un mince sourire en coin, que je relevais l’un de mes sourcils. Rien de plus qu’une petit touche d’amusement.

-Vous allez devoir donc, m’endurer. Tous les mardis, jeudis et samedis. -Puisque j'était occupé par le foot les autres journées de la semaine- En soirée, comme vous l’avez si bien souligné. Au local B-36, à 18 heures. Ne soyez pas en retard je vous prie.

Je m’apprêtais alors à quitter son champ de vision, lorsque j’oubliais de rajouter un petit quelque chose à tous ces mots que j’avais tout juste prononcés.

-Oh! J’oubliais de vous dire le plus important. Sachez seulement que je fais ceci que pour votre bien, et non pas pour vous nuire. Sur ce, je ne vous importunerais pas plus longtemps. Bonne journée.

Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Dim 13 Jan 2013 - 22:55

Spoiler:
 

Son attitude un peu désagréable et son refus assez catégorique n'avaient pas l'air d'ébranler plus que cela son préfet. Il aurait cru arriver à le déstabiliser, mais ce Watson savait faire preuve de calme et de sang-froid, même de diplomatie il semblerait. Sans s'énerver contre lui, il se chargea néanmoins de lui faire comprendre qu'il n'aurait pas le choix d'assister à ces soirées, qu'il le veuille ou non. Le jeune garçon fronça le nez en entendant ces mots prononcés, soit « Le directeur est apte à juger ce dont vous avez besoin » puisque c'était complètement faux. Cet homme ne savait rien de lui et semblait nier son intelligence incroyable. Il pourrait donner des cours à Watson, il pourrait être le tuteur et non celui qui reçoit l'aide. Il surpassait probablement John, qui était plus vieux que lui de deux années, dans les matières à l'étude, et pourtant, le directeur lui imposait ce tutorat. Quelle idiotie. C'était probablement pour que la présence de ce cher élève modèle aie une bonne influence sur lui et le transforme en gentil petit soldat qui suit les règles comme tout le monde. Probablement. Il ne laisserait pas faire ça.

Et pourtant, lorsque l'heure et le local lui furent donnés, il ne fit même pas mine de protester. Son froncement de nez adorable était toujours présent, et en ce moment, malgré son arrogance, et cette étincelle d'intelligence dans son regard, cachée derrière une attitude excentrique, il avait l'air jeune. Il finit par soupirer et laisser son regard errer en direction de ses pieds, une moue presque boudeuse sur ses lèvres.

- Soit.

Il ne bougea pas, forçant Watson à s'écarter pour pouvoir passer à côté de lui et reprendre son chemin. Il ne lui rendit pas le bonjour, Je fais ceci pour votre bien, bla bla bla... Il pouvait bien s'en aller avec ses grands airs de garçon parfait. Attendez une minute. Nous étions mardi, non ? Oh misère. Plutôt mourir ...
Après ce qui s'avéra être une seconde de réflexion, il releva lentement la tête. Sans se retourner, il lâcha, assez fort pour être certain que Watson puisse l'entendre :

- Holmes. Sherlock Holmes.

Il reprit sa marche sans un regard vers l'autre. Son premier cours commençait bientôt, et il avait intérêt à y être. Sa sanction était déjà assez pénible comme cela ...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 14 Jan 2013 - 1:26

Spoiler:
 

Enfin un peu plus de coopération. Sans que nul autre que moi n’ai eu besoin d’intervenir. Car j’avais gardé en tête cette possibilité qu’il agisse comme tout bon défiant de l’autorité le ferait. Soit tenir son bout et me traiter de vil faquin ou autre insulte de ce genre. Ce qui résulterait d’une intervention supérieur à la mienne, pour régler ce léger problème. Chose qui désormais serait tout à fait inutile. Le jeune homme s’emblant accepté la situation, sans même chercher à argumenter plus. Il eut même ce petit geste distinctif de soumission, regardant ses pieds, ses lèvres venant se fendre en une moue loin d’être ravis de la nouvelle.

Le sujet était désormais clos, que je me tassai de côté pour lui permettre de continuer sa route. Je n’avais pas vraiment eu ce choix, le mystérieux jeune homme m’y obligeant. Je l’observais passer devant moi, mes iris ne le lâchant gère lorsqu’il fut un peu plus éloigner. Je devenais incertain du futur de ce tutorat. J’aurais certainement bien du dur labeur qui m’attendait. Mais il méritait que je lui donne une chance, ou devrais-je dire, toute ma patience et tout mon savoir pour l’aider du mieux que je pouvais. Nous verrons bien si j’allais mériter le même sort que ces professeurs. Si seulement le sujet s’avérait à être vrai. Les gens ont parfois tendance à exagérer. Peut-être argumentait-il avec ceux-ci, mais le violement pourrait n’être qu’une invention, qu’un mot de trop.

Je cessai enfin de l’observer, prêt à continuer mon chemin. Et ce que j’entendis m’accrocha un mince sourire. Un petit geste de coopération de plus de sa part, lui qui avait d’abord refusé la politesse des présentations. Alors tel était son nom? Sherlock Holmes? Je tâcherais de m’en souvenir pour ce soir. Mais pour le moment, les cours m’appelaient. Ainsi qu’une voix lointaine qui ne m’était gère inconnu. Un compagnon de classe qui ne tenait qu’à m’accompagner pour le premier cours de la journée. Sans perdre sa chance de me demander ce que diable avais-je eut de parler à ce garçon qu’il ne manqua pas de traiter de quelques noms. Question sans intérêt ne mérite pas de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 14 Jan 2013 - 9:20

Spoiler:
 

On traitait Holmes de petit délinquant. Mais on ne pouvait pas être plus dans le tort. Tout le monde se trouvait des excuses pour le faire sortir de ses gonds et rire de lui, parce qu'il était différent. La différence effraie, l'inconnu terrorise. Ce qui n'est pas comme eux, ils méprisent. Telle est la vie, la race humaine est ainsi faite. Tout cela n'était que des excuses pour taper sur un adolescent un peu spécial, qui n'avait rien demandé. Chaque bataille qui l'impliquait se commençait par des insultes à son égard et une invitation à régler le tout par les poings. Il n'était jamais le premier à les déclencher. On parlait de sa façon de défier les règles. Il y avait une nuance ici, et il est bon de la noter. Il suivait la grande majorité des règles, mais n'écoutait pas celles qui ne faisaient pas son affaire, qui ne lui semblaient pas justes. La loi n'est pas si importante, la justice l'est. Que vaut un règlement s'il brime la liberté fondamentale de quelqu'un ? Rien du tout. Amenez-lui un code d'éthique équitable et il s'y pliera volontiers.

La preuve est bien qu'il portait l'uniforme sans rechigner même si parfois, ce n'était pas de la façon la plus soignée qui soit. Il suivait l'horaire de la journée presque parfaitement, était à l'heure aux repas et n'arrivait habituellement pas en retard à ses cours lorsqu'il s'y présentait réellement, bien qu'il lui arrivait de sauter ceux qui ne lui semblaient pas d'intérêt. Il savait suivre des règles. Quand elles n'étaient pas idiotes. Tout comme il reconnaissait l'autorité qui l'obligeait à suivre ces petites soirées avec ce cher Watson.

Son premier cours ne fut pas trop pénible, dans l'ensemble. Le plaisir commença vraiment lorsque le professeur se mit à parler d'une capacité bien spéciale qu'avaient supposément certaines personnes de lire les gens. De voir plus profondément en eux que n'importe qui d'autre, de deviner des choses enfouis chez ces personnes, presque comme s'ils sondaient leur esprit. Fiction ou réalité, nul ne le savait. Toujours est-il que notre drôle de spécimen ne pu s'empêcher de faire son commentaire.

- Tout cela est bien intéressant mais me semble relever presque d'une magie noire. En revanche, une théorie moins poussée suggérerait que par l'entremise de petits détails dans l'aspect physique de quelqu'un, une personne dotée d'une logique suffisante puisse mettre les pièces du casse-tête en place pour reconstruire une partie de la vie de ce quelqu'un.

L'enseignant souleva un sourcil, presque surpris du ton poli employé par son élève après que celui-ci eut vaguement levé la main pour obtenir la parole. Holmes se leva de sa chaise et s'avança jusqu'à l'avant de la classe, conscient que tous les regards étaient tournés vers lui et que plusieurs retenaient leur fou rire. Pile à cet instant, un homme frappa à la porte et entra, désirant probablement parler à l'enseignant, mais Holmes fut plus rapide.

- Prenons par exemple cet individu. Bonjour cher monsieur, je me nomme Sherlock. Attendez, ne dites rien. Mickey M. Brodé en or sur la poche sur la poitrine de votre veston, charmant. Vous vous êtes levés en retard ce matin, Monsieur ? Je dénote une certaine hâte, cette mèche rebelle sur votre front, vous avez essayé de la placer avec de l'eau en toute rapidité, mais sans résultats, et avez abandonné la cause pour sauter dans vos souliers, assez rapidement pour mettre les bruns plutôt que les noirs, ce qui ne va plus du tout avec votre pantalon. Aie-je tort ?

Sous les yeux éberlués de l'homme qui ne parvint même pas à formuler un seul mot, il poursuivit :

- Probablement des fraises au petit-déjeuner, c'est vilain cette façon dont le rouge tache les ongles n'est-ce pas ? Et cette jolie femme de ménage était-elle contente de votre visite, juste avant l'heure des cours ? Ne gardez pas son mouchoir autant à la vue, monsieur, choisissez une poche intérieure plutôt que celle sur votre poitrine, ce n'est pas fameux pour cacher les évidences. Pensez à changer de chemise, vous avez du rouge à lèvres sur le col, de même qu'au coin des lèvres. Enfin, dommage que tout ceci se passe dans le dos de votre femme, dont les initiales sont gravées sur la bague que vous portez. Ce sera tout monsieur, sur ce, bonne journée.

L'homme était devenu incroyablement rouge et semblait sur le point de le frapper. Avec un sourire satisfait, Holmes regagna sa place, et resta incroyablement sage le restant de la journée.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 14 Jan 2013 - 17:15

Spoiler:
 

J’avais effectué une sortie en plein cours, non pas car j’en fus expulsé, mais bien car je devais accompagner ce jeune homme en ma compagnie à l’infirmerie. Le pauvre, il saignait atrocement du nez. La cause? Rien de plus que le stress immense qu’il avait dû ressentir face aux oraux. Il était le prochain à passer, et à peine fut-il rendue en avant de la classe que le sang se mis à couler. Il des jours ou je me demande ce qu’il peut bien y avoir de si stressant à parler devant des gens. Mais la cause principal de ce garçon était son manque de préparation. Car il se trouvait à ne pas être des plus à son affaire, si je puis me permettre. Il n’était pas de ce genre de personne qui prenait des notes des travaux à faire, et qui les regardais régulièrement pour être certain de ne rien oublier, de ne pas prendre de retard.

Enfin, nous gérons nos affaires comme nous le souhaitons, un jour apprendra-t-il la leçon. Je retournais donc sagement vers mon cours qui m’attendait, alors qu’une porte grande ouverte, dont un homme se trouvait dans son cadre, attira mon attention. Ce n’était pas totalement lui qui m’avaient poussé à stopper ma marche mais plutôt les paroles de cette jeune voix, qui ne pouvait qu’appartenir qu’à un élève. Je restai là par intérêt, mes oreilles et yeux regardant ce qui pouvait bien se passer dans cette classe. Il me sembla enfin reconnaître le propriétaire de cette voix. Holmes, sans aucun doute.

Et il avait tout mon attention, je l’écoutais, mes yeux se trouvant à prendre de la grandeur aux fils de ses mots. Comment? D’où pouvait-il bien sortir toute ses informations aussi précises? Étais-ce un stratagème? Je ne sais quoi vraiment en penser. Mais les rougeurs de l’homme et sa colère augmentant ne faisait que démontrer la véracité des dires du jeune homme. Et plus celui-ci parlait, pire c’était. Décidément ses signes ne semblèrent point arrêter son élan d’analyse parfaite, qu’il alla même jusqu’à dévoiler au grand jour par sa simple observation de l’être, ses secrets de tromperie.

Je ne savais que penser de toute ceci, mais préféras le faire en retrouvant le lieu de mon cours. Je ne pouvais qu’être plus intrigué à l’égard de ce jeune homme. Cette petite démonstration m’ayant laissé à la fois impressionné et quelque peu troublé. Comment faisait-il? Étais-ce possible d’être à ce point fort, à ce point observateur pour deviner avec tant d’aisance quelques bribes de la vie d’un être, de ce qu’il avait fait durant sa journée. Je m’excusai de mon léger retard dès mon retour, retrouvant ma place auprès de mon bureau avec cet air quelque peu penseur. Que j’effaçai aussitôt le prochain oral débuté, ne me souciant plus de ce à quoi j’avais assisté pour le restant de la journée.

Qui d’ailleurs, se passa comme à l’habitude, bien tranquille, animé par quelques conversations entre les pauses et le dîner. Mais voilà que 17h30 sonna, que je dus m’excuser auprès de mes compagnons pour rejoindre ce fameux local, B-36. Je passai à ma chambre pour y prendre le nécessaire, amenant un livre en surplus pour passer le temps. Car évidemment, j’arrivais au lieu de rendez-vous en avance, un magnifique 25 minutes de lecture m’attendant. Je m’installais près de la fenêtre avant de plonger mon attention parmi ces lignes et illustration concernant le sujet de la médecine.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 14 Jan 2013 - 18:01

Spoiler:
 

Il semblerait que ces vingt-cinq minutes de lecture allaient un peu s'éterniser, car lorsque 18:00 arriva, Holmes n'était toujours pas présent. L'après-midi complète de sport lui avait un peu sorti sa soirée de tutorat de l'esprit. C'est que voyez-vous, le sport est en général pour lui quelque chose d'inutile et sans intérêt. À part la boxe qui le fascine particulièrement, et dont il sembler aimer mettre les techniques en pratique sur les autres étudiants du pensionnat, il n'est pas un fanatique de sports, et surtout pas lorsque c'est joué avec un tas d'autres étudiants. Quelqu'un pouvait lui expliquer pourquoi ils croyaient dur comme fer que l'exercice physique était bon pour les élèves et intégraient donc des après-midi sport ? Quelle idiotie. Il avait passé la moitié du cours à observer les élèves jouer au foot - qu'est-ce qu'elle avait, cette école, avec sa passion pour le foot ? - et lorsque l'enseignant avait enfin décidé de faire quelque chose pour le faire participer, il s'était mérité une superbe réponse.

- Très peu pour moi. Je ne m'abaisserai pas à courir après une balle, je ne suis pas un chien. Franchement.
- Holmes. Sur le terrain ! aboya le professeur ~ Chien ... Aboya ... ... Non d'accord xD

C'est ainsi qu'il se retrouva à jouer au foot pour la toute première fois. Les règles lui semblaient stupides, surtout lorsqu'il fut averti à deux reprises pour avoir tenté des passes discrètes en cognant le ballon avec le plat de la main, dans son dos, ou en balançant dans le ballon un coup de coude subtile en feignant de tomber. Pas de mains, très bien, très bien ...
Là où tout dégénéra un peu, c'est lorsqu'en tentant d'enlever le ballon à quelqu'un - ne dites à personne qu'il commençait à apprécier ce sport, CHUT ! - il se laissa glisser violemment dans ses pieds, son chandail gris rendu en bonne partie taché par le gazon humide. Le problème avec ce tacle, c'est qu'il jeta le garçon au sol. Et celui-ci n'apprécia pas. Tout cela se termina par les deux garçons face à face, l'un en colère, Sherlock plutôt arrogant, le menton relevé. Les deux poings levés devant lui, il fit signe au gars de s'approcher.

- Allez, big man, allez, de quoi t'as peur ?

L'instant d'après, il laissait échapper un "Hiiii" assez strident alors que l'adolescent, qui faisait une tête de plus que lui, lui faisait disparaître les pieds de sous le corps en une fraction de seconde par un super croc-en-jambe, l'envoyant tomber sur le dos de façon raide et brutale. L'air s'échappa instantanément de ses poumons sous le choc et il prit une profonde inspiration en suffocant quelques brèves secondes, les yeux ronds comme des soucoupes.

- Y... You've won ... Congratulations ... parvint-il à grimacer à l'intention de son adversaire, et ils en restèrent heureusement là.

Avec tout cela, il ne repensa plus trop à Watson, sauf lorsque, une fois douché et changé dans son uniforme, son sac sur l'épaule, il se rendit compte qu'il était presque 18h. Il prit malgré tout un peu son temps, et lorsqu'il franchit la porte, il était très exactement 18h07. Il ne dit pas un mot, son expression voulant clairement dire que Watson devrait s'estimer heureux qu'il se soit au moins présenté, et alla droit vers la première chaise qu'il vit, s'y laissant tomber en posant son sac sur le bureau.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Lun 14 Jan 2013 - 23:47

Spoiler:
 


Malgré ma grande concentration, que je portais à mon livre, je relevai tout de même la tête après ces 25 minutes et un peu plus, mon regard s’accrochant à l’horloge pour remarquer qu’il avait 3 minutes de retard. Ne sachant point à quoi m’attendre, je préférais attendre, ignorant s’il allait venir ou non. Je replongeai alors dans ma lecture lui laissant un 5 minutes plus. C’est alors que le son distinctif d’une porte s’ouvrant parvint à mes oreilles, que je ne pris pas la peine de relever mon regard du livre pour simplement lui souligner :

-Vous êtes en retard…

Ce n’était pas un reproche, juste une constatation. Mais je préférais que cela ne devienne pas une habitude! N’est-il pas déplaisant d’attendre de longues minutes, avec ce sentiment de questionnement. Viendras-t-il? Ne viendras-t-il pas? Finalement oui. Je fermis enfin mon bouquin, relevant mon regard vers Holmes déjà installé… À l’autre bout de la classe. Si moi j’avais pris le côté fenêtre et lui la première chaise que son regard croisa alors oui, la distance état assez évidente. De quoi me faire quelque peu soupirer, que je me levis, allant plutôt prendre place à ses côtés.

-Je ne peux aller bien loin sans tout d’abord savoir la ou les matières avec lesquels vous avez de la difficulté. Vous êtes bien actuellement en Lower Sixth?
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 0:18

[Ouais c'est clair... Surtout que moi il a fait "Prenez-le en note pareil" ben oui... Niaise-moi po... ! Grrr]

L'adolescent se contenta de renifler lors de la remarque concernant son retard, comme si ce n'était pas important. Il croisa les bras et ne bougea pas d'un poil, son regard errant vaguement vers le fond de la pièce, là où se trouvait Watson. Il attendit simplement, que le jeune homme vienne à lui. Une fois le préfet à ses côtés, Holmes darda sur lui ses prunelles sombres, se mettant distraitement à jouer avec l'une des petites boucles de ses cheveux, qui avaient cette tendance à onduler et boucler légèrement de façon naturelle.

- Je vous l'ai dis, je n'ai pas besoin de ce tutorat. Je n'ai de difficultés dans aucune des matières. Je ne vois pas ce que les gens trouvent difficile à la Lower Sixth. Ça m'apparait comme une année assez simple. Je suis à la page 15 de chacun des volumes, j'ai pris un peu d'avance... Voyez par vous-même.

Il sorti un à un ses cahiers. Celui d'anglais, de mathématiques, le livre de biologie, tous. Il avait complété plus de pages que nécessaire dans chacun, fait les exercices appropriés sur des feuilles vierges glissées entre les pages des manuels. Il les plaça en une pile bien nette sur le bureau voisin, là où étais assis Watson, puis il croisa les bras et attendit. Au bout d'un instant, il sortit presque timidement un livre de chimie de son sac et posa les yeux sur le jeune homme.

- La biologie est une matière stupide. J'ai voulu changer pour chimie mais le directeur a refusé. Faites un peu de chimie avec moi et je vais me tenir tranquille pour...

Il souleva un sourcil, ses lèvres s'étirant en une tentative de sourire. C'était déjà beaucoup d'obtenir ça de lui. Dans ce pensionnat, personne ne meritait vraiment son respect assez pour qu'il leur sourit.

- ... La prochaine demi-heure ?
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 1:51

Il me fut peu convainquant au tout début, me ressortant ces mêmes paroles. Si vraiment il n’avait pas besoin de tutorat, alors pourquoi diable le directeur en aurait jugé le contraire? Je l’observais sortir tous ses cahiers, comptant bien faire mon travail, et juger de ces dires. Il était de mon devoir de vérifier. J’observai travaux et manuels les uns après les autres, analysant à la fois informations et réponses. Mes traits se virent froncis d’incompréhension. Car il se trouvait que ce cher Holmes n’avait dit que pure vérité. Il avait effectivement fait tout le travail, les réponses étant plus que bonnes. Il donnait des détails, savait bien remplir les lignes. Ce n’était pas comme mes chers collèges qui parfois me demandaient de l’aide en jetant un coup d’œil à leurs devoirs. La plupart du temps, je ne lisais qu’une seule ligne qui était bonne, le reste n’étant que répétition sous d’autres mots et angles, et parfois ayant des informations tout à fait inutiles et insignifiantes. Je refermais les livres à la toute fin, les replaçant aussi proprement qu’ils me furent donnés.

J’affichais cet air quelque peu intrigué, incompris, ne sachant la raison pour laquelle je devais faire du tutorat. Mais je ne dis rien, venant simplement à me demander si le directeur n’avais pas fait tout cela que pour une autre raison. Peut-être ne faisait-il pas appel à mon savoir. Plutôt cherchait-il à ce que je tienne un peu plus à l’œil le jeune homme, à le diriger vers le chemin de la droiture et du bon exemple. Je ne pourrais qu’y réfléchir un peu plus tard, Holmes me sortant de mes songes, me parlant de la biologie. De quoi me faire quelque peu froncer des sourcils. Il va s’en dire que je n’appréciais gère le terme stupide employé pour décrire cette matière.

-Veuillez m’excuser mais je dois dire que la biologie n’est pas, une matière stupide. Peut-être vous semble-t-elle insignifiante, mais il reste qu’elle est utile. Et ce dans plusieurs domaines. Car elle est une science des matières vivantes, des êtres vivants. Elle nous permet d’évoluer, d’améliorer nos conditions de vie. Car par malheur vous tomberiez entre les mains d’un médecin n’ayant aucune connaissance en biologie, je crains fort pour votre vie.

Non, ce n’étais pas une montée de lait. Car j’étais malgré tout, resté des plus calme, pas le moindre ton froid ou agacé se lisant dans ma voix. J’avais tout simplement tenu à faire voir mon point de vue, tout à fait en désaccord avec mon voisin. Cependant, cela ne m’empêcha gère de tout de même afficher un mince sourire, prenant son livre de chimie en signe d’acceptation.

-Marché conclus. Et pour l’autre demi-heure? Vous comptez me rendre la vie dure?

Mon sourire ce fit un peu plus large, que je débutais à feuilleter le livre, pour y vérifier le contenu question de me faire une idée. Que je retournais à mon bureau pour y chercher le mien, question de donner plus de contenue et de difficulté. Je pourrais pousser un peu plus les exercices et explications en cas de besoin. Je jugeais qu’il devrait en être capable.

-Eh bien nous avons au moins trouvé de quoi vous occuper pendant ces tutorats. Au fait, pourquoi ne pas avoir pris la chimie en premier lieu?
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 8:54

Sherlock ne s'attendait visiblement pas à une réplique de la part de son interlocuteur, ayant oublié un petit détail bien important concernant Watson qui justifiait maintenant sa réaction. Le fait qu'il avait tenu à lui donner son propre point de vue concernant la biologie. Les yeux de Holmes s'agrandirent, puis il hocha brièvement la tête, comme s'il comprenait tout.

- C'est vrai ... futur médecin ... souffla-t-il à mi-voix avant de poursuivre un peu plus fort, eh bien dans ce cas vous me voyez désolé du vocabulaire inexacte que j'ai employé. J'aurais dû dire qu'à mes yeux, la biologie était ... moins intéressante.

Il se tut en détournant les yeux, mais ses lèvres remuèrent pour former en silence ce qui semblait être les mots "C'est quand même stupide". Mais bien sûr il ne dit rien de tout cela à voix haute, son but ici n'était pas de provoquer Watson pour rien. Il se contenta de le suivre des yeux alors qu'il allait chercher son propre livre de chimie. Hum. Une difficulté de plus ... Challenge accepted. Au diable la chimie de Lower Sixth. Il attrapa le livre, qui d'ailleurs ne lui appartenait pas - juste un petit emprunt sans demander la permission - et le remit dans son sac avec les autres tout en répondant machinalement :

- Non. Pour l'autre demi-heure, je comptais m'en aller.

Il avait l'avantage d'être honnête ...
Dès que John revint avec son propre livre et reprit place sur la chaise à côté de la sienne, Holmes s'étira pour attraper le manuel et ce fut son tour de le feuilleter. Ça n'avait pas l'air si compliqué. Au premier regard, certains mots lui apparaissaient un peu étranges, mais c'est toujours comme ça quand on ne connait pas quelque chose. Si il lisait le chapitre, ce serait mieux.

- Je n'ai pas eu le choix. Le directeur a accepté de me faire sauter une année à la seule condition qu'il me donnait les matières qu'il jugeait appropriées pour moi. En gros ... Les classes où il restait de la place, et rien de trop difficile non plus. Une vraie plaisanterie ...

Il se leva tout à coup de sa chaise sans prévenir et, emportant le manuel avec lui, il alla vers les fenêtres. Il s'assit sur le rebord en bois de la fenêtre et entreprit d'ouvrir celle-ci. Une fois cela fait, il s'installa plus confortablement, posa le bouquin sur ses cuisses et tira de son veston une toute petite boîte. Sous les yeux de Watson, il sortit une cigarette et la coinça entre ses lèvres. Il prit la peine de demander au préfet si cela le dérangeait, mais n'attendis pas la réponse et sembla s'en ficher un peu, ne tardant pas à l'allumer malgré tout. D'où l'ouverture de la fenêtre, par laquelle il recracha la fumée. Faisant signe à Watson de s'approcher, il ouvrit alors le livre et se mit à lire les premières pages bien tranquillement. Lorsqu'il avait une question sur l'un des mots, ou sur une notion, il la posait simplement. Ce n'était rien de compréhension générale, juste des petites précisions qu'il demandait sur telle ou telle chose. Lorsqu'il fut passé au travers des dix premières pages, en une dizaine de minutes, il le referma et leva les yeux vers Watson, s'emparant cette fois-ci de la page d'exercices qui venait avec. Il avait l'air terriblement sûr de lui, en lisant la première question. D'ailleurs, il ne tarda pas à débiter un paragraphe complet qui expliquait le phénomène dont parlait la question. Si tout se déroulait bien pour l'instant, il bloqua complètement à la troisième question. De longues minutes, ses yeux parcoururent la feuille, comme si la réponse allait lui apparaître. Ses yeux se faisaient plus grands, ses pupilles légèrement dilatées, et ses lèvres remuaient en silence, formulant des mots, des chiffres, des calculs. Son cerveau essayait en vain de former une réponse cohérente, mais toute logique dans cette question lui semblait hors d'attente. Il en avait même oublié la cigarette tenue entre son majeur et son pouce, l'index légèrement relevé, dans ce geste un peu gracieux dont il semblait avoir l'habitude. Ses yeux fixaient le vide désormais, ses doigts traçant des équations dans le vide, et sa détresse semblait de pire en pire au fil du temps qui s'écoulait. Tête dure, il ne pu se résoudre à demander de l'aide avant un bon moment. Vingt minutes s'étaient écoulées sur la demi-heure lorsqu'il se résolu enfin à jeter le reste de sa cigarette éteinte par la fenêtre et ramper vers Watson pour fixer sur lui ses yeux grands ouverts, la feuille tendue dans sa direction.

- Expliquez-moi Watson ... Expliquez-moi ...
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 18:32

Oui, un futur médecin. Ceci n’était un secret pour personne. Il était plutôt facile de faire cette déduction. Vous n’avez qu’à me regarder à tous les jours et vous me verrez sans aucun doute le nez plongé dans un livre de médecine. Alors il était aisé de deviner que j’avais ce métier en passion. Enfin, oublions. Il était de mon devoir de m’attarder à ma tâche, sans m’attarder aux détails. Tel que cette annonce, Holmes ne comptant pas rester le temps qu’il faudrait. Décidément, il savait me démontrer son amour pour le tutorat. Et ma foi, était convaincue qu’il était en position de décider l’heure à laquelle il pourrait partir. Je ne pus retenir cette démonstration de désespération, mes yeux regardant le plafond accompagné d’un court soupir.

Toutefois je ne dis rien, pas plus maintenant qu’après cette explication du pourquoi il n’avait point été en chimie en premier lieu. Je le laissai prendre mon bouquin, le voilà s’éloignant vers la fenêtre. Je n’eus qu’un bref signe pour lui démontrer que la cigarette ne me dérangeais gère, la preuve étant que je me rapprochais de lui. Autrement, je lui aurais gentiment demandé de bien vouloir ranger cette cigarette car elle m’était insupportable. Bref, je m’installais au bureau, en profitant pour y reprendre mon livre et y replonger. Si le jeune Holmes avait une quelconque question il n’aurait qu’à me la poser. C’était le mieux que je pouvais faire pour l’instant, attendre, le temps qu’il exécute son auto-apprentissage, lisant par lui-même les premières pages. Je n’eus gère besoin de couper ma lecture autant que je ne l’aurais crus, le garçon ne me posant que de brève question de temps à autre. Quoi de plus normal lorsque l’on apprend quelque chose de nouveau. Je restais tout de même quelque peu surpris que les interrogations ne fussent point plus nombreuses.

Je l’aidais en cas de besoin, lui donnant les explications sans chercher mes mots, ma grande connaissance sur le sujet ressortant. Je savais bien enseigner, me faire bien comprendre et user d’autres moyens et tactiques en cas d’incompréhension. Enfin, vint le temps des premiers exercices. Que j’écoutais Holmes débiter les deux premières réponses avec une aise impressionnante. J’osais imaginer qu’il était de ces rares personnes qui retenaient aussi facilement l’information, suite à une simple lecture. Je ne pouvais le nier, il était doté d’une intelligence tout de même impressionnante.

Toutefois…. Il rencontra enfin son premier obstacle. Je pris un certain amusement à l’observer, ses iris scrutant la page comme si la réponse allait s’écrire sous ses yeux, comme par magie. Il avait de ses mimiques, tant concentré, allant même jusqu’à faire des gestes de calcules dans les airs. Ce fut à ce moment qu’il perdit de mon attention, que je le laissais seul avec ses songes, n’ayant pas besoin de dessin pour comprendre qu’il ne comptait pas me demander d’aide pour le moment. Par orgueil peut-être. Car ce dernier air désespéré aurait pu se résulter à une demande d’aide. Chose qu’il ne fit point, s’obstinant à chercher la réponse qui ne semblait toujours pas venir. Je replongeai mon attention dans mon livre, ayant bien fait de ne pas attendre au bout du compte. Car les minutes écroulés furent bien longues assez pour que j’ai le temps de débuter un nouveau chapitre.

Que quelques lignes toutefois. Car je le sentis enfin céder, de quoi me faire sourire en coin. Je relevai ma tête, croisant ses billes brunes que je pris la feuille sans le lâcher du regard.

-Êtes-vous bien sûr de me demander une telle chose?

Après cette démonstration impressionnante de tête dure, je n’avais pu m’empêcher d’en rire une peu. Et à la différence des autres, ce n’étais pas par méchanceté, ni même par mauvaises moquerie. Il n’y avait que dans ce court rire et ce sourire qu’amusement, amicalité. Je pus enfin lire la question, restant quelques secondes, silencieux, cherchant les bonnes explications. Qui vinrent au bout d’une ou deux minutes, me voilant débitant le tout avec aisance et détails, lui indiquant comment si prendre pour en arriver à la réponse. Je pus rentrer dans mon temps, la demi-heure étant passé. Je m’assurai qu’il avait bien compris, regardant le temps. Je pouvais bien le laisser quitter pour cette fois. Soyons gentil pour ce premier tutorat, les prochains par contre, ce serait une heure.

-Vous pouvez partir si vous le désirez. Mais sachez que les tutorats prochains serons d’une heure, et non pas une demi-heure. Que vous le vouliez ou non. Vous n’êtes toujours pas en mesure de prendre la décision du temps. Mais je laisse passer pour cette fois.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 19:14

Holmes eut ce léger froncement de sourcils à la question et au léger rire. Il ne cessa pas de fixer Watson avec cette même intensité, comme pour lui faire comprendre qu'il ne plaisantait pas et voulait les explications. Même les plus grands génies ont parfois besoin de l'aide de quelqu'un. Il s'était rendu compte qu'il n'y arriverait pas tout seul, et bien que cela lui en coûte de demander à Watson, sa soif de connaissances était plus grande. Il tenait tant à comprendre le phénomène qu'il ne lâcherait pas le morceau.

Il l'écouta sans l'interrompre une seule fois, ses yeux exprimant une fascination incroyable au fur et à mesure qu'il comprenait. Lorsque tout fut clair à ses yeux, à un tel point qu'il se trouva stupide de ne pas avoir trouvé lui-même, il balbutia un merci à l'intention de Watson. Il n'avait pas l'habitude d'actuellement se faire enseigner des choses qu'il ne savait pas déjà en grande partie. Surtout pas par un autre étudiant. Mais il pouvait bien piler sur son orgueil quelques fois. Il s'apprêtait à récupérer le livre pour poursuivre lorsque le jeune homme lui annonça que pour cette fois-ci, il le laissait partir, mais que les autres fois, sans faute, ce serait une heure. Holmes ne se le fit pas dire deux fois. Il se remit sur ses pieds en deux temps trois mouvements, récupérant son sac et partant vers la porte avec ce qui pourrait être qualifié d'empressement. Il sentit alors le besoin, avant de quitter définitivement, de déclarer :

- Au fait. Je ne vous apprécie toujours pas, et la biologie, c'est nul.

Watson n'était pas un ami. Personne n'était un ami. On est jamais mieux servi que par soi-même. Aucune attache, aucune déchirure. Son seul ami, à son ancien collège, l'avait si aisément oublié en l'espace des vacances d'été et dû au transfert, il ne le reverrait probablement jamais. C'était à ça que servaient les amis. À vous faire du mal, et vous encombrer.

Il ne réapparut pas du reste de la soirée. Disparu on ne sait où, il ne rentra que quelques minutes avant le couvre-feu, ignorant les regards des derniers retardataires qui traînaient dans la salle commune. Sans un mot à personne, il monta directement à sa chambre et se coucha, mais ne pu s'endormir tout de suite. Il passa près de la moitié de la nuit les yeux grands ouverts, descendit de nombreuses fois de son lit juste pour sentir le plancher froid sous ses pieds. Alors qu'il approchait les 4h du matin, il se retrouva dans la salle commune, assis devant le foyer, les genoux ramenés contre lui. Le bois qui brûlait créait une chaleur réconfortante et il se berçait lentement dans ses propres bras, éclairé par la seule lumière du feu dans la pièce sombre.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 21:17

Si mon air se fit neutre à son départ, il changea du tout au tout, devenant agacement en une fraction de seconde. Ces mots n’étaient gère nécessaire, il aurait tout simplement pu partir sans plus. Mais il se trouva qu’il jugea bon de m’attaquer sans raison, moi et la biologie. Que je le veuille ou non, ces mots me firent quelque peu blessants. Sous le coup, j’en vins à cette conclusion qu’il ne valait pas mieux que les autres. Ces autres qui défoulaient leur amertume, leur colère, sur des gens qui pour la plupart du temps, ne leur avait rien fait de personnel. Comme cet exemple que j’avais, d’un enfant victime d’intimidation, qui une fois rentré dans son chez soi, se permettait d’user de ses parents comme source de défoulement.

-Ce fut un plaisir de vous aider…

Évidement il ne m’entendit gère, car je n’avais que murmuré le tout, allant ranger mes effets. Il avait toute une manière de remercier ma fois. Je devais penser de garder ce détail en tête. Il ne m’aimait gère, soit. Je n’allais pas tout faire pour changer cette situation. Je n’étais pas de ces personnes qui avait besoin de se faire aimer de tout le monde, et qui n’arrivait pas à m’endormir en cas contraire. Mon agacement tomba, que je pus quitter le local sans plus. Je passais le reste de la soirée bien tranquillement dans la salle commune, entre les devoirs et conversations.

Je dus rester par responsabilité bien éveillé jusqu’au couvre-feu, vérifiant que je n’étais que la seule personne présente dans le dortoir avant de rejoindre ma chambre. Là où je pus y dormir jusqu’à mon réveil naturel. Qui était toujours aussi tôt, mais bien pour une raison. Je fus debout dans les environs de 4h, comme à tous les matins, vérifiant la température avant d’enfiler mes vêtements. Quoi de mieux pour rester en forme qu’un peu d’entrainement cardio-vasculaire. C’était aussi bon pour le sport que je pratiquais que pour ma santé. Je ne pris que 10 minutes avant d’enfin sortir, sans presse, un large bâillement retentissant dans le couloir. Il était ma foi, sortit tout seul. Je prit garde de ne plus faire de bruit, partant pour une bonne heure de course.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mar 15 Jan 2013 - 22:09

Tout était silencieux. Tellement silencieux, contrairement à sa tête qui ne se calmait pas. Tellement pleine d'information qui tournait en boucle, encore et encore, à lui en donner mal à la tête... Si seulement il pouvait mettre la main sur n'importe quoi à s'injecter qui le ferait dormir un peu ... La journée serait pénible, il avait à peine sommeillé une heure depuis son retour à Haverford.

Du bruit attira soudain son attention. Il chercha immédiatement à se redresser et se cacher hors de la vue de quiconque s'en venait en bas à cette heure-ci. Cela résultat en lui, rampant directement dans le chemin de nul autre que Watson, qu'il n'avait pas vu auparavant à cause de la pénombre. Il se rendit seulement compte de sa présence lorsqu'il se heurta la tête à sa jambe assez durement.

- Huh.

Par réflexe il chercha à se relever en s'accrochant sans retenue à la fameuse jambe qui était dans le chemin - notez ici qu'il mettait cela sur la faute de John et non sur la sienne, pourtant c'était lui qui avait rampé dans le chemin. Une fois remis sur ses pieds, il cligna des yeux quelques fois pour s'aider à distinguer le visage devant le sien. Oh misère. Le préfet. Il déglutit et sans laisser une seule chance à Watson de dire quoi que ce soit, il s'enfuit vers sa chambre comme si sa vie en dépendait. Parfois, vraiment, il était bizarre.

~~~

Pourquoi devait-il toujours être dans le tort ? Il n'avait rien fait de mal, seulement un peu dormi sur son bureau... Il ne dérangeait personne ! Quelle idée de l'envoyer patienter dans le couloir. C'était tenter le diable à son avis. "Installe-toi à côté de la porte et attend". Mais oui... Alors qu'il était appuyé contre le mur, à côté de la porte de sa classe, il se rendait compte que c'était le meilleur moyen de donner envie à un étudiant de partir. Des deux côtés de lui, le couloir qui lui offrait tant de possibilités. Il pourrait partir. Aller jouer du violon. Trouver quelque chose de suspect à étudier pour passer le temps. Ou dormir ... Juste dormir, lové comme un chat dans les couvertures. Au lieu de quoi il attendait que le professeur en ait fini avec ses explications pour venir le sermonner. Oh et puis zut ...

- Mr. Holmes... Monsieur !

Il releva brutalement la tête en se rendant compte que l'enseignant était enfin sorti et s'adressait à lui. Il lui jeta un long regard un peu absent, prit par l'étourdissement dû à son trop vif mouvement de la tête.

- Je sais ce que vous allez dire. Mais c'est pas de ma faute. J'ai juste eu une nuit horrible ... Et j'ai peut-être aussi ... sauté le souper, hum, et le petit-déjeuner probablement ... Vous allez pas m'chicaner ? Oh god ... Je vais être malade ...

Les tous derniers mots avaient actuellement été prononcés en français. Car oui, notre cher ami ici avait quelques bases dans cette langue, en plus de toutes ses autres connaissances. L'enseignant ne comprit peut-être pas ce qu'il disait mais il dû voir son visage pâlir en un instant car il l'attrapa sous les aisselles et le fit asseoir, lui positionnant la tête entre les genoux.

- Restez calme, respirez profondément.

Puis, en passant la tête à l'intérieur de la classe, il demanda vite fait à un autre élève d'aller chercher quelqu'un. Il fallait qu'on s'occupe du jeune garçon qui ne semblait pas aller du tout, probablement l'emmener à l'infirmerie. Préférant rester auprès de lui au cas où son état empirerait, il avait donc envoyé un autre élève.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 0:00

[Nive job! C’est vraiment bien réussit ton kit! *Clap, clap, clap, clap, clap!* Tu as mis mon image que j’aime tant, quand Watson est de dos et que Holmes est appuyé sur lui Aww]

Sauf que je rencontrai un bel obstacle en chemin. Rencontrer dis-je? Heurté serait plus juste. Assez pour que je perde un peu l’équilibre, et lâche si soudainement : «Bloody hell!». J’avais été pris de surprise, non seulement ne voyais-je pas grand-chose, mais il se trouva qu’une main s’empara de ma jambe, un son sortant. Mon cœur venait de manquer un bon, que je me rendis compte que l’obstacle n’étais qu’un humain. Je n’eus point le temps de rien dire, seulement reconnaître le visage de Holmes avant de le voir fuir.

De quoi me figer sur place, cligné quelques fois des yeux, n’ayant pas compris grand-chose à ce qui venait tout juste de se produire. Il avait fui si vite, comme si j’avais la pire des maladies contagieuse. Eh bien tout deux avons eu une certaine peur je constate. Mais je ne comprenais gère ce pourquoi il était si vite partit. Ce n’était pas comme si j’allais lui reprocher d’être levé à une heure pareille ou je ne sais trop. Je secouais la tête avant de continuer mon chemin, ne me heurtant à rien d’autre heureusement. Mon pauvre cœur…
***
Je ne me heurtai à rien d’autre qu’en matinée cependant, car voilà que je rentrai dans une autre élève, celui-ci rencontrant un mur de plein fouet. Le mur, c’était moi. Que faisais-je dans les corridors? Pourquoi vous faut-il une raison? Cette histoire n’allait aller nulle part si elle ne faisait que raconter séparément ce que Holmes et moi faisions. Il fallait bien laisser le hasard forcé nous rencontrer! Disons simplement que j’avais eu ce privilège de sortir une fois mon examen terminé. Être élève modèle peut s’avérer à être payant au bout du compte.

-On ne court pas d…
-Watson! Vous êtes occupé? Pourriez-vous venir? Vous savez l’étrange nouveau… Et bien il n’est pas au mieux de sa forme.

J’eus un mouvement de tête en signe d’accord, ne prenant tout de même pas la peine de courir puisque je le voyais au loin. Je n’avais pas été terriblement loin. Le jeune homme retrouva sa classe alors que je me penchais vers Holmes, me permettant de faire une rapide vérification pour savoir ce qu’il avait. Un manque de sommeil était évident vu ses cernes…

-Je vais m’occuper de lui, Monsieur.

J’attendis que celui-ci retrouve sa classe avant de m’adresser à Holmes, sourcil relevé. Je l’aidais doucement à se remettre sur pied, me permettant une tout dernière vérification. Parfois le manque de nourriture aussi pouvait rendre dans un tel état. Blême, et étourdis en cas de geste trop brusque.

-À quand remonte votre dernier repas?
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 0:17

[Aww merci ! Haha moi aussi je l'aime bin gros cette image-là ! ^^]

Il essayait de dire à l'enseignant qu'il allait bien, mais il avait beau l'avoir répété trois fois déjà, l'homme ne voulait rien entendre. Le léger haut-le-coeur qui le pris lorsqu'il voulu se redresser n'échappa pas non plus à l'adulte qui le maintenu dans sa position assise tant que quelqu'un ne fut pas arrivé. Il n'hésita cependant pas à laisser le jeune aux bons soins de Watson et retourna à sa classe.

Holmes releva lentement la tête et croisa les éternels yeux bleus. Il le voyait partout, tout le temps, ça en devenait agaçant. Il ne refusa pas l'aide pour se remettre debout ; dans l'état dans lequel il était, ce n'était pas le moment de faire son fier. Il n'aurait pas eu l'air plus brillant s'il avait essayé de se relever par lui-même et s'était écroulé lamentablement. Une lueur de malice passa malgré tout dans ses yeux bruns, signe qu'il ne devait pas aller SI mal que cela.

- Mmm... Il y a 21h de cela. Hier à 12h en même temps que tout le monde, docteur.

Maintenant qu'ils en parlaient, son estomac, qui il y a quelques instants se rebellait et semblait vouloir le faire expulser son contenu, réclamait à manger. Il avait une de ces crampes qui survient lorsque l'on a vraiment faim. Le fait de ne presque pas dormir de la nuit n'avait pas aidé à sa cause non plus il faut dire.

- Je peux m'occuper de moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 0:30

Il ne semblait pas avoir besoin d’aller voir l’infirmière, son état ne semblant pas grave à ce point. Car je pus déceler cette étincelle malicieuse dans son regard, que j’eus ma réponse. De quoi me faire relever d’un sourcil, ayant le diagnostic final. Manque de sommeil et de nourriture. Ce n’était pas trop dur. Je roulais des yeux à son docteur n’y décelant que petite moquerie.

Son estomac vint souligner son manque de nourriture, et ce vivement. Le tout résonnant tel un grognement presque monstrueux. Évidement monsieur restait fidèle à lui-même… Je n’ai besoin ne rien n’y personne. De quoi me faire lâcher un rire quelque peu moqueur.

-Je peux bien le constater….. Vous prenez parfaitement bien soin de vous! Regardez-vous, un vrai jeune homme en pleine forme!

Je ne crois pas un jour avoir autant débordé de sarcasme.

-Vraiment Holmes, je ne crois pas que vous êtes capables de prendre soin de vous-même. Vous vous privez de sommeil et de nourriture. Le corps humain à ses limites. Vous devriez aller vous coucher. Je sais bien que vous allez de nouveau vulgairement refuser toute aide mais je vais tout de même aller vous chercher de quoi vous nourrir le temps que vous regagniez votre chambre et vous installer. Et non, vous n’avez pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 0:50

Le sarcasme de ses mots fit rouler les yeux de Holmes. Ça va, très bien, son état actuel ne venait pas vraiment donner de crédibilité à ses paroles. Il haussa les épaules comme pour se déresponsabiliser, dire qu'il n'y pouvait rien. En attendant, l'idée d'aller dormir lui semblait alléchante. Il pouvait bien laisser tomber pour cette fois, ne se trouvant pas la force de lancer un débat sur sa capacité à prendre soin de lui-même, ou encore de se plaindre à Watson qu'il n'avait pas envie de son aide.

- Alors je veux un pain au chocolat. Et un croissant au beurre.

Quoi ?
Les bras ballants, il se dirigea tranquillement vers Haverford House. Le dortoir serait vide à cette heure, peut-être qu'il lui serait plus facile de dormir. Si seulement il pouvait mettre son cerveau à off de temps en temps, ça ne ferait pas de tort. Il regarda donc le dortoir pendant que ce cher préfet était parti lui chercher à manger. Retirer l'uniforme fut un soulagement, et il se glissa avec plaisir dans un t-shirt léger pour dormir, mille fois mieux que cet uniforme ridicule. Par la suite, il s'assit en tailleur sur son lit et attendit avec une certaine impatience le retour de Watson. Son estomac hurlait littéralement, à l'occasion. Les bruits n'étaient pas discrets du tout. Ouais, il avait vraiment faim.
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 1:24

Il était, désespérant. Il sentait le cas irrécupérable, ce genre de personne avec laquelle il n’y avait rien à faire. Je me permis de soupirer sous sa commande… Il y a de ces gens, qui parfois… Use de votre patience. Étais-ce trop demander qu’il ne fasse qu’accepter sans plus? Mais non, je rêvais en couleur semblait-il. Non seulement avait-il l’air de peu se soucier de lui-même, il devait avoir cet air qui me laissait comprendre qu’au bout du compte, son état n’était pas de sa faute…. Désespérant je vous dis.

-Vous aurez ce que je vous apporterez….

Il y a tout de mêmes des limites! Enfin, je parti en direction des cuisines, les cuisinières me reconnaissant, m’accueillant d’un sourire. Je leur expliquais brièvement la situation, leur demandant s’il était possible….. Bon d’accord il avait gagné. Je pris tout de même la peine de demander si elles n’auraient pas de ses choses, me permettant de souligner que monsieur faisait son difficile. Je dus attendre quelques temps, finissant pas devenir quelque peu gêné que les cuisinières cherchent presque désespérément ce que je leur avais demandé. Je fus surpris du résultat, souriant en y remarquant cette pomme ajouté, remerciant accompagné d’un sourire les dames aux cuisines. Avant de me voir devenir quelque peu rouge, les cuisinières m’annonçant que je n’avais pas besoin d’excuse pour leur passer une commande. Hé mais non, ce n’était pas pour moi. Ah seigneur… Pourquoi faisais-je encore tous ces efforts?

J’allais traverser du côté des dortoirs tout de même, mon visage reprenant ses couleurs naturelles. Je dû mettre un moment avant de trouver la bonne chambre, mes souvenirs m’ayant fait faut bon, me faisant hésiter entre quelques portes. La dernières fut la bonne, que j’y frappais quelques coups, entrant sans plus attendre. Je déposais le petit sac brun près de lui sans rien lui accorder plus qu’un long regard, me détournant pour rejoindre la porte sans plus attendre. J'eus un léger soupir à mi-chemin, me retournant. Malgré que mon but premier avait été de garder le silence j'en fit autrement.

-Reposez-vous. Et tenter de mieux prendre soin de votre personne, Holmes. Dis-je avant de continuer ma route pour enfin sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Loulou
.:Pewdiepie Hunter:.
avatar

Féminin
Nombre de messages : 19772
Age : 21
Passe-temps : Fangirler, fantasmer, trouver des acteurs sexy ~ la routine quoi
Ce qu'on pense de toi : Cute innocent thing *NOT*
Date d'inscription : 11/05/2009

MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    Mer 16 Jan 2013 - 8:26

Holmes n'attendit pas tellement longtemps. Bien assez tôt, des coups furent frappés sur la porte, et Watson entra avant même qu'il n'aie pu ouvrir la bouche pour l'y inviter. Ah, d'accord, faites comme chez vous... Comme si ça le dérangeait de toute façon. Il voulait son déjeuner. Peu importe ce que ce serait, il serait content, il avait tellement faim que même le porridge un peu bizarre auquel ils avaient parfois le droit serait un délice pour lui. Cependant, il n'eut pas le temps de jeter un coup d'oeil à ce que contenait le petit sac que Watson venait de déposer à côté de lui. Il s'en allait. Vite, sans lui laisser le temps de placer un mot.

Son coeur fit un bond et sans aucune idée pourquoi il réagissait ainsi, il eut le réflexe de s'exclamer :

- Attendez !

Watson avait presque refermé la porte derrière lui à cet instant, il s'en était fallu de peu. Il avait au moins réussi à attirer son attention. Mais qu'est-ce qu'il voulait de plus, au juste ? Il avait à manger, il pouvait dormir en paix et sauter les cours, alors pourquoi est-ce qu'il retenait le préfet comme ça ? La réponse était là, même s'il ne voulait pas l'admettre : il ne s'en fichait pas. Rien ne se passait comme prévu. De tous les étudiants de cet établissement, Watson était celui aux yeux duquel il ne voulait pas passer pour le monstre dont tout le monde le qualifiait. Il s'était dit que sa réputation ne lui ferait ni chaud ni froid et qu'il ne ferait rien pour personne, mais après deux jours, ses résolutions volaient déjà en morceaux. Parce que Watson était Watson. Cela n'expliquait rien du tout. Justement, c'était pour lui un mystère complexe qui le torturait depuis la veille, et l'avait empêché de dormir toute la nuit. Qu'est-ce qui était différent chez John Watson pour qu'il se sente différemment en sa présence ? Pour que tout à coup, son allure générale le préoccupe, et qu'il en vienne à se poser toutes sortes de questions idiotes.
La première question qui passa ses lèvres, il ne fit aucun effort pour la retenir. Son ton était relativement neutre, mais ses yeux étaient expressifs. Ils l'étaient presque tout le temps, comme si en présence du jeune homme, il n'arrivait pas à fermer son visage complètement. Ce qui se reflétait en lui, à cet instant, s'apparentait à de la peur. Une peur immense, qui secoua son corps d'un frisson. Son indifférence habituelle et son attitude qui parfois allait jusqu'à l'agressivité ne cachaient au final qu'une seule chose : la peur d'être seul...

- Vous y croyez, Watson ? À tout ce que l'on raconte sur moi ?

Il s'empara du petit sac posé près de lui sans rompre le contact visuel avec le préfet, le plaçant sur ses genoux et l'ouvrant pour farfouiller dedans d'une main. Ses doigts rencontrèrent quelque chose possédant une forme familière, et ce n'est qu'à ce moment qu'il baissa les yeux pour découvrir que ce que Watson lui avait apporté, était en réalité ce qu'il lui avait demandé au départ. Un croissant. Un pain au chocolat, et une pomme en prime. Sa gorge se serra un instant. Mais qui était donc réellement John Watson ??
Revenir en haut Aller en bas
http://archiveofourown.org/users/ArieHolmesJr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sweeter than Heaven and Hotter than Hell    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sweeter than Heaven and Hotter than Hell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 14Aller à la page : 1, 2, 3 ... 7 ... 14  Suivant
 Sujets similaires
-
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Heaven & Hell ;; Bienvenue en Enfer !
» We are lost somewhere between Heaven and Hell
» Welcome in Hell... [Ali & Ysi ]
» HIGHWAY TO HEAVEN ♥ welcome in New Heaven

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SkyCity :: Corbeille :: Archives :: Sujets de Rp :: Rpg Réaliste-
Sauter vers: